L'ex-président sud-coréenne Park interrogée par la justice

Publié le à SÉOUL (KOR)

La présidente destituée de Corée du Sud, Park Geun-Hye, s'est présentée mardi devant les enquêteurs pour être interrogée sur le scandale de corruption et de trafic d'influence qui a entraîné sa chute. Après avoir passé des mois à refuser de répondre aux questions des enquêteurs en invoquant son statut de présidente, Mme Park s'est excusée publiquement en arrivant devant les bureaux du parquet sud-coréen à Séoul, ajoutant: "je collaborerai sincèrement à l'enquête". Première femme à accéder à la présidence en Corée du Sud, Mme Park avait été destituée par le Parlement en décembre. Des millions de personnes étaient alors descendues dans la rue pour demander son départ à cause du scandale, qui a mis en évidence les liens troubles entre des politiciens et le monde des affaires sud-coréens. Le renvoi de la présidente avait été confirmée par la plus haute juridiction du pays courant mars, mettant fin à la carrière politique de cette femme qui a grandi dans le palais présidentiel lorsque son père Park Chung-Hee y officiait comme dictateur militaire. Le convoi de Mme Park a quitté son domicile au pas, passant entre des foules de partisans agitant des drapeaux dans les rues voisines, avant de prendre de la vitesse. Chaque mètre de son court trajet jusqu'aux locaux du parquet a été filmé en direct par la télévision, certains cameramen suivant le convoi en moto ou en voiture, d'autres étant postés à intervalles réguliers sur la route. Le scandale actuel est centré sur l'amie de 40 ans de Mme Park, Choi Soon-Sil, elle-même en procès. Mme Choi est accusée de s'être servie de son entregent pour contraindre divers conglomérats, dont le mastodonte Samsung, à verser près de 70 millions de dollars à deux fondations sous son contrôle. L'ex-présidente est soupçonnée de collusion avec son amie. Il lui est reproché d'avoir accordé des faveurs politiques aux capitaines d'industrie qui s'étaient montrés généreux avec Mme Choi, parmi lesquels Lee Jae-Yong, l'héritier de Samsung. M. Lee a été placé en détention provisoire et inculpé entre autres pour corruption. (Belga)
© 2017 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Facebook

cover-ci

Notre sélection d'annonces