Un projet européen pour mieux comprendre le diabète de type 1

Publié le à BRUXELLES (Belgium)

Des scientifiques de toute l'Europe vont travailler ensemble pour parvenir à une meilleure compréhension du diabète de type 1, dans le but également de mieux pouvoir le combattre, indique mercredi l'hôpital universitaire de Louvain (UZ Leuven). Le consortium international INNODIA a été créé dans cette optique. Il est justement coordonné par un professeur de l'UZ Leuven, Chantal Mathieu. De nombreuses incertitudes existent encore au sujet du diabète de type 1, une forme de la maladie qui apparait le plus souvent chez les enfants ou adolescents. "Quels sont les facteurs qui le favorisent et quels éléments jouent un rôle dans son évolution? Ce sont des questions auxquelles nous n'avons pas encore de réponse définitive", indique Chantal Mathieu. "Elles sont pourtant importantes si nous voulons traiter cette affection de manière plus adéquate. Même si le diabète de type 1 est moins fréquent que celui de type 2, cela concerne quand même 17 millions de patients à l'échelle mondiale." INNODIA est un consortium rassemblant 33 partenaires européens, dont 26 centres académiques. "Le consortium cherche à aboutir à une avancée concrète en matière de prévision, développement, évaluation et prévention du diabète de type 1. Cela se fera à l'aide de nouveaux outils, dont des biomarqueurs", est-il précisé. Un budget de 36,5 millions d'euros est prévu, dont une partie provient de l'Innovative Medicines Initiative (IMI). (Belga)
© 2017 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.