Apple étouffe ses partenaires

P.V.C. Publié le - Mis à jour le

Actualité

La maison-mère française de la chaîne de distribution belge Mac Line (Apple Premium Reseller) est à deux doigts du dépôt de bilan. Cette société cotée à la Bourse de Paris avait pourtant de beaux projets et avait mis la main l’an passé sur Mac Line, qui compte 6 magasins chez nous. Pourtant, les produits Apple ne se sont jamais aussi bien vendus... Pour Bruno Kesteloot, qui dirige Mac Line, le problème vient des relations très particulières d’Apple avec ses revendeurs indépendants. Celui-ci évoque " un problème récurrent d’approvisionnement lors du lancement des nouveaux appareils, surtout les best-sellers : iPhone, iPad et MacBook Air ".

Que se passe-t-il ? " Il faut savoir que dans la pratique, Apple sert en priorité son réseau propre de distribution, que ce soit par la vente directe en ligne ou par ses Apple Store, ou encore par des partenaires privilégiés comme les opérateurs télécoms. Il n’y a pas encore d’Apple Store en Belgique, mais Apple a aussi ouvert de nouveaux canaux de vente aux grandes chaînes de distribution et aux entreprises de services informatiques. Les "Premium Resellers" belges - qui gèrent 35 magasins environ - sont donc régulièrement mis sous pression par Apple sans qu’il y ait de possibilité de dialogue. Il faudrait au moins que nous sachions à quoi nous en tenir pour le futur, où seront ouverts les Apple Store. En effet, pour pouvoir ouvrir un magasin en tant qu’Apple Premium Reseller, il faut compter un investissement de quelque 250 000 euros afin de répondre au cahier des charges très exigeant d’Apple. Et lorsqu’au moment d’un lancement de produit, on se trouve mal approvisionné, on perd du chiffre d’affaires, et l’environnement devient dès lors très tendu", explique encore Bruno Kesteloot.

" Imaginez que lors du lancement de l’iPhone 4S, nous avions reçu 2 000 pré-commandes pour ne recevoir in fine que 200 appareils... " En France, une des péripéties qui ont conduit eBizcuss à ses problèmes actuels a été une "sur-livraison" ponctuelle qui a posé un problème grave de liquidités au groupe. Celui-ci, exsangue, a donc porté son problème devant les tribunaux, ce qui sera sans doute suivi de très près par les revendeurs dans le reste du monde. " En effet, eBizcuss a évoqué un point de droit français : l’abus de dépendance économique ."

Quid de la chaîne Mac Line, qui emploie 84 personnes en Belgique ? Bruno Kesteloot évoque une structure financière très saine en Belgique et une étanchéité entre la structure belge et sa maison-mère. Il demande toutefois qu’Apple entame enfin un dialogue productif avec ses partenaires.

Publicité clickBoxBanner