BNP n'utilisera pas les dépôts de Fortis

Belga Publié le - Mis à jour le

Actualité

Le Centre de compétences pour le financement spécialisé de BNP Paribas Fortis à Bruxelles n'utilisera pas les dépôts belges pour ces activités, a annoncé Max Jadot, CEO de la banque, jeudi lors d'une conférence de presse. L'élargissement géographique des activités du centre, qui a été annoncé jeudi, se chargera dorénavant des activités de financement des entreprises au Benelux, en Pologne, en Turquie, dans les pays d'Europe du Nord, en Espagne, en Allemagne, au Royaume-Uni ainsi qu'au Moyen-Orient et en Afrique. La filiale belge de BNP Paribas a voulu couper court aux rumeurs selon lesquelles le groupe bancaire songeait à transférer des prêts contractés en Espagne et en Italie vers sa filiale belge. "Cela a en effet précipité notre communication à ce sujet", avoue Max Jadot.

Le Centre de compétences situé à Bruxelles va élargir le périmètre géographique de ses activités. Actuellement, le portefeuille du Centre s'élève à 8,6 milliards d'euros. Lorsque l'élargissement des activités sera approuvé, 16 milliards viendront s'y ajouter. Cette somme ne représente qu'environ 5% du bilan total de la banque qui s'élevait à 346 milliards d'euros fin 2011.

Bruxelles se profile ainsi comme l'un des trois pôles de décisions de BNP Paribas avec Paris, le siège du groupe, et Londres, responsable pour les marchés. Bruxelles accueille déjà plusieurs centres de compétences (Trade Finance, cash management, factoring, Corporate & Transaction Banking Europe). Lors de la reprise de Fortis par BNP Paribas en 2009, les syndicats avaient notamment craint que la Belgique ne devienne plus "qu'un réseau d'agences" et que toutes les décisions soient prises à Paris.

Les activités du Centre de compétence sont l'export finance (qui représente 40% du montant de l'élargissement), le project finance (30%), le leveraged finance, le media telecom finance et le corporate acquisition finance. Ces domaines proposent un certain nombre d'avantages pour la banque. "C'est du bon business bancaire, tourné vers l'économie réelle", explique Max Jadot. "De plus, ce sont des activités rentables qui nous permettent une diversification des revenus. Elles améliorent notre solvabilité et notre liquidité."

La banque a aussi tenu à souligner que les dépôts belges ne seront pas utilisés pour cette activité. "Les dépôts belges sont complètement réutilisés pour l'économie belge, notamment par les crédits aux particuliers, aux entreprises ainsi que par les bons d'Etat", précise Max Jadot. Le ratio dépôts/prêts chez BNP Paribas Fortis était ainsi de 101,37% au 31/12/2011, signifiant que tous les dépôts récoltés via la réseau retail a été réinvesti dans l'économie belge.

Les activités supplémentaires entreront cependant en ligne de compte dans la balance belge, mais la direction tient à nuancer les risques que cela implique et parle plutôt d'opportunité pour BNP Paribas Fortis. "Nous finançons ainsi l'économie réelle et cela offre des possibilités de carrière à notre personnel", estime Max Jadot. Douze managers viendront de plus renforcer le Centre de compétences tandis qu'une quarantaine de volontaires s'ajouteront aux 80 employés actuels du Centre de compétences.

Le projet doit encore être approuvé par les différentes instances de la banque et du groupe et être traitée par la Banque nationale de Belgique, à laquelle aucun dossier n'a encore été formellement remis.

Max Jadot indique qu'il espère que l'élargissement géographique des activités du Centre de compétences sera effectif début 2013.

Publicité clickBoxBanner