BNP Paribas Fortis veut supprimer 270 emplois

Belga Publié le - Mis à jour le

Actualité

BNP Paribas Fortis veut supprimer 270 emplois au cours des deux prochaines années, a annoncé la direction aux syndicats lors d'un conseil d'entreprise. La banque, filiale du groupe français BNP Paribas, doit faire de nouvelles économies, ses coûts étant trop élevés par rapport à ses revenus, écrit samedi Het Laatste Nieuws. Le plan "Initiative 2014" de la direction prévoit une réduction des coûts d'environ 200 millions d'euros par an. Dans ce cadre, le personnel a déjà approuvé une diminution de 3% des salaires brut en échange d'une sécurité d'emploi jusqu'à la fin 2016.

Mais les revenus de la banque s'avèrent inférieurs aux attentes. La direction a dès lors précisé lors d'un conseil d'entreprise ses projets d'économies supplémentaires.

Ainsi, 186 emplois seraient supprimés, sur les deux prochaines années, dans le département informatique (IT). "Nous sommes parvenus à maintenir en Belgique les activités-clef de ce département car, à l'origine, l'intention était de réunir tout l'IT au niveau du groupe", explique René Van Marcke, délégué au syndicat socialiste d'employés SETCa.

En outre, 84 emplois devraient passer à la trappe, d'ici la fin 2013, au sein du département TFO (Trade Finance Operations), dont certaines fonctions seront délocalisées en Inde.

"Il s'agit de sous-traitance pure et d'une décision brutale", estime René Van Marcke. "En soi, 84 emplois, cela ne semble pas énorme mais nous craignons que cette décision ait été prise à Paris et cela a, à nos yeux, une valeur de précédent. Si l'on touche au 'back-office', la crainte augmente de voir encore d'autres services de soutien être menacés", ajoute-t-il.

Publicité clickBoxBanner