Canon s’offre les beaux yeux d’Iris

L.Lam. Publié le - Mis à jour le

Actualité

Le géant japonais de l’optique Canon va lancer une offre publique d’achat (OPA) sur la société Image Recognition Integrated Systems (Iris), basée à Louvain-la-Neuve. Cette ancienne start-up de l’UCL, dont Canon détient déjà 17 % du capital, pourrait donc entrer dans la cour des grands.

L’action Iris a vu sa cotation suspendue mardi en milieu de séance à 29,7 euros. Plus tard, un communiqué du FSMA, le gendarme belge des marchés financiers, a révélé que Canon avait lancé une OPA au prix de 44,50 euros par action Iris. Par rapport au dernier cours de l’action enregistré avant sa suspension, cela représente une prime de pratiquement 50 %.

L’offre est conditionnée à l’obtention par Canon de 90 % (plus un titre) du capital d’Iris. Une diminution de plus de 10 % du cours du Bel 20 par rapport au jour précédent l’annonce de l’OPA fait également partie des conditions suspensives.

"Nous sommes heureux d’avoir atteint cette étape importante pour Iris et fiers que Canon ait l’intention d’intégrer notre société au sein de son groupe, a déclaré Pierre de Muelenaere, le PDG d’Iris. L’ensemble du conseil d’administration d’Iris soutient cette offre et nous sommes engagés pour que cette transition soit un succès."

Iris est connue pour ses solutions qui permettent de faciliter la gestion documentaire. Elle produit notamment des scanners mobiles ou des stylos digitaux (le célèbre Iris Pen illustré ci-contre) qui permettent de transformer des notes manuscrites en données utilisables sur un ordinateur. La société affirme faire partie du top 5 mondial du secteur et n’a pas de concurrent en Belgique. Ses scanners permettent aussi de convertir des documents, des PDF ou des images en données exploitables avec les logiciels "Office".

La crise avait durement frappé Iris, les sociétés et les services publics remettant à plus tard leurs commandes d’archivage, considérées comme d’importance mineure par rapport aux tâches plus urgentes. Depuis lors, Iris s’est bien repris. Au premier semestre 2012, la société néolouvaniste a publié de bons résultats. Si le chiffre d’affaires du groupe a reculé, son bénéfice net a augmenté de 37 % d’une année sur l’autre à 1,6 million d’euros.

Publicité clickBoxBanner