Carrefour fait jouer les synergies

D. D. Publié le - Mis à jour le

Actualité

Carrefour a grimpé à la Bourse de Paris à l'annonce de son chiffre d'affaires et de ses prévisions de bénéfice pour l'exercice 2001. Le premier s'est accru de 7 pc. Le second doit avoir progressé de 15 pc. L'année avait commencé sur un mode mineur pour le géant français de la distribution, mais elle se termine d'une façon qui a satisfait les analystes financiers. Les synergies nées de la fusion avec Promodès commencent à se manifester clairement par des économies d'échelle, et le groupe gagne des parts de marché.

C'est en 1963 que la société, fondée en 1959, ouvrait son premier supermarché aux environs de Paris, cité où son siège social est établi, avenue Poincaré. Elle n'a cessé de progresser depuis lors, ouvrant grande surface après grande surface. De croître ensuite par des reprises d'autres enseignes.

Pour ne citer que les plus significatives des dernières années, il y eut en 1998 l'absorption des Comptoirs Modernes, en 1999 - la grosse affaire de la décennie - l'acquisition par offre publique d'échange de Promodès (`Continent´), autre `grand´ français de la distribution, la prise de contrôle à 100 pc de tous les hypermarchés et supermarchés GB en Belgique en 2000, ainsi que de Gruppo GS en Italie.

L'actionnariat compte à sa tête deux groupes familiaux, la famille Halley (10 pc du capital) et les familles Badin-Defforey-Fournier (6 pc).

Le groupe March a un intérêt de 3 pc, le personnel une participation de 1,5 pc. Le président-directeur général (PDG) est Daniel Bernard.

NUMÉRO DEUX MONDIAL

Tambour battant, Carrefour est devenu le numéro un européen de la distribution (part de marché de 11,5 pc en 1999), et le numéro deux mondial après l'américain Wal-Mart. Il compte un effectif de 330 000 personnes dans le monde. Ses fonds propres consolidés (part du groupe) totalisaient 7,98 milliards d'euros à la fin de l'an 2000. Le groupe voit défiler 2 milliards de clients par an dans ses plus de 9 000 points de vente répartis dans 31 pays (surtout dans la moitié sud de l'Europe, l'Amérique Latine et l'Asie).Les hypermarchés (à l'enseigne `Carrefour´) sont le fer de lance du groupe, ayant apporté 60 pc du chiffre d'affaires en 2000. Ils sont au nombre de 498 en Europe (dont 60 en Belgique), de 120 en Amérique Latine, de 97 en Asie.Les supermarchés (20 pc du chiffre d'affaires) totalisent 2 198 implantations sur le vieux continent (dont 352 en Belgique), et 253 en Amérique Latine. Notons l'enseigne Champion, et Supermarchés GB chez nous. À noter qu'en Belgique le groupe a aussi placé en 2000 sous sa houlette 63 supermarchés Mestdagh.Les discounts (7 pc du chiffre d'affaires, enseignes Dia, Ed,...) sont 3 267 en Europe, 201 en Amérique Latine.Le reste du chiffre d'affaires (14 pc) représente des `convenient stores´ ou shops dans les stations-service (579 Shopi, 142 Marché Plus), des magasins de produits surgelés, des auto-centers, des agences d'assurances, des sociétés de cartes de crédit, des points de vente d'articles pour animaux de compagnie (PETsMART aux Etats-Unis), des sites web d'e-commerce dont Ooshop,...

La répartition géographique du chiffre d'affaires a été la suivante en 1999: Europe 84 pc (dont France 62 pc), Amérique Latine 11 pc, Asie 5 pc.

Carrefour est le numéro un de la distribution en France, en Espagne, en Belgique, au Portugal, en Grèce, au Brésil, en Argentine, à Taïwan et en Indonésie. D'autres pays où le groupe est implanté sont l'Italie (où il est numéro deux), la Suisse, la Pologne, la Tchéquie, la Turquie, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande, le Mexique, la Colombie,...

INTÉGRATION DIFFICILE

La politique de prix de Carrefour est `agressive´ (on l'a assez souligné dans notre pays). Le groupe a intensifié une stratégie d'acquisitions d'entreprises pour parer à une sorte de `loi de cadenas´ promulguée en France il y a quelques années. Un point commun avec Delhaize, qui pour des raisons analogues a essaimé de Belgique vers l'étranger...

La marge opérationnelle a été en 2000 de 4,2 pc. Le `return on equities´ (ROE) a atteint cette même année 38,8 pc. L'endettement est élevé: 123 pc des fonds propres, ce qui procure au groupe un effet de levier.

C'est ainsi qu'en 1999 la dette née de la reprise des Comptoirs Modernes a pesé sur le résultat net. Mais l'effet bien plus important de ventes en sensible croissance a abouti à un chiffre d'affaires en appréciable progrès à 37,6 milliards d'euros contre 27,4 milliards l'année précédente.

La forte croissance des ventes a continué en 2000. Mais le passage de l'enseigne Continent (Promodès) à celle de Carrefour ne s'est pas fait sans quelques problèmes, en matière d'assortiment notamment. On a assisté à une pression sur les marges, et le groupe a perdu des parts de marché en France et en Espagne. Cela s'est traduit par une contraction des résultats par action, comme on le voit dans notre encadré. Mais, grâce à la croissance externe, les chiffres globaux ont continué à progresser. Le chiffre d'affaires s'est gonflé de 37,6 à 64,8 milliards d'euros, le bénéfice d'exploitation de 1,49 à 2,76 milliards d'euros et le bénéfice net courant (part du groupe) de 792 millions à 1,05 milliard d'euros.

L'année dernière, la progression des résultats a continué à la faveur d'une amélioration des ventes en France et en Espagne et avec l'aide de la campagne promotionnelle d'automne. Le chiffre d'affaires est passé de 64,8 à 78,04 milliards d'euros.

Pour le premier semestre, on note un bénéfice d'exploitation de 1,22 milliard d'euros contre 1,12 milliard durant la période correspondante de l'an 2000, et un bénéfice net courant (part du groupe) de 320 millions contre 302 millions d'euros. La société maintient ses prévisions antérieures d'un bénéfice net courant en progrès de 15 pc pour l'ensemble de l'exercice. La croissance devrait avoir été plus faible pour le bénéfice d'exploitation à cause de la Belgique et de l'Italie.

On notera que la société ne se montre pas particulièrement affectée par la situation en Argentine, où pourtant ses ventes ont baissé de 19 pc en 2001. Par contre, les synergies résultant de la fusion avec Promodès sont en plein développement. Le management s'est montré jusqu'ici particulièrement efficace, ce qui est un gage pour l'avenir. De belles perspectives continuent d'être entrevues dans les pays émergents, où Carrefour a été le premier grand distributeur à s'implanter.

© La Libre Belgique 2002

Publicité clickBoxBanner