Ce que les syndicats espèrent de la négociation

V.R. Publié le - Mis à jour le

Actualité

Les syndicats ne sont pas franchement en position de force. L’essentiel de la négociation porte sur les salaires. Or l’écart salarial avec les pays limitrophes s’est encore aggravé. Mais les syndicats ont d’autres arguments à faire valoir. Ils feront valoir que le soutien du pouvoir d’achat est aussi bon pour l’économie. Et que la compétitivité des entreprises ne dépend pas seulement du coût salarial, mais aussi de la formation des travailleurs et à l’investissement en recherche.

1Les revenus. Les syndicats savent que la marge pour des hausses de salaires sera extrêmement ténue. Une chose est sûre : ils n’accepteront jamais une remise en cause de l’indexation automatique des salaires. "C’est non négociable", glisse un ténor syndical. Les représentants des travailleurs disent vouloir se battre pour relever le salaire minimum, et singulièrement celui des jeunes travailleurs qui est plus bas que celui de leurs aînés. Ils veulent aussi de nouvelles mesures pour combler l’écart salarial entre les hommes et les femmes.

2La liaison des allocations au bien-être. Dans son baromètre socio-économique présenté ce lundi à la presse, la FGTB indique que les allocations sociales belges sont parmi les plus faibles d’Europe, quand on les compare avec les revenus qu’elles sont censées remplacées. En principe, certaines de ces allocations doivent être revalorisées. Mais aucun accord n’a pu intervenir à ce sujet. On suppose que le sujet sera abordé au cours de la négociation.

3L’emploi. Les syndicats veulent des mesures pour réduire le chômage, singulièrement celui des jeunes. Ils devraient plaider pour une intensification des efforts de formation en faveur des travailleurs - une intensification qu’ils pourraient échanger contre une forme de modération salariale. Ils vont aussi pousser pour contraindre les entreprises à prévoir plus systématiquement de remplacer le travailleur qui prend un crédit-temps.

4La qualité du travail. C’est un thème syndical récurrent. Les organisations syndicales estiment que le travail des aînés devrait pouvoir être allégé.

5Le statut ouvrier-employé. C’est le nouveau BHV de la concertation sociale. Les syndicats veulent aligner le statut social des ouvriers sur celui des employés, plus favorable. Les patrons veulent le contraire. Un nœud.

Publicité clickBoxBanner