Courard: pas d'économies sur le dos des consommateurs

BELGA Publié le - Mis à jour le

Actualité

Il rappelle, dans un communiqué, que le coût élevé de l'énergie est déjà une contrainte pour 15 pc de nos concitoyens qui ne parviennent pas à se chauffer convenablement. "Il est dès lors impensable que les 3 milliards d'investissement à faire par le secteur soient entièrement payés par le seul consommateur", poursuit le communiqué. Le secrétaire d'Etat abonde dans le sens des organisations de protection des consommateurs: « il paraît évident que ce sont les distributeurs qui, à moyen et long terme, tireront les bénéfices de cet investissement. Il est donc normal qu'ils prennent en charge la plus grande partie des frais qui y sont liés ».

Le consommateur, et particulièrement les personnes défavorisées, ne peuvent supporter des frais supplémentaires de 25 à 50 euros par an. Les coûts de l'énergie pèsent déjà lourdement sur leur budget. Une fois les nouveaux compteurs installés, rien ne garantit au consommateur que la gestion quotidienne de sa consommation énergétique s'améliore réellement.

Lors de la mise en place d'un tel système, le consommateur ne doit supporter qu'un minimum de frais, tout en jouissant d'une protection au moins égale à celle de l'ancien système, commente Philippe Courard.

Le secrétaire d'Etat ajoute qu'il sera attentif à ce que des mesures spécifiques garantissant la protection du consommateur soient prises, notamment en matière de formules tarifaires.

En ce qui concerne la facturation des consommations, Philippe Courard estime que l'installation de ces compteurs intelligents n'est pas du tout incompatible avec le calcul d'un forfait annuel réparti sur les douze mois de l'année, comme c'est le cas actuellement.

Publicité clickBoxBanner