Déclaration fiscale : toutes les astuces pour récupérer de l’argent !

P.D.-D. Publié le - Mis à jour le

Actualité

D’accord, c’est parfois un long moment à passer, si l’on en croit une récente étude. La bonne nouvelle, toutefois, c’est que la déclaration 2012 ressemble comme deux gouttes d’eau à la déclaration de 2011 - à l’exception de quelques nouveautés mineures -; de quoi vous faciliter la tâche. "Les grands changements, ce sera pour l’année 2013", souligne Steve Cocriamont, l’un des auteurs du "Guide Impôts et Placements 2012" publié par la compagnie Ergo. Les grands changements seront surtout des réductions ou déductions moins intéressantes qu’auparavant.

Profitez donc de la déclaration 2012 pour faire le plein d’avantages. Et ne tardez pas trop : plus d’un contribuable sur deux récupère de l’argent.

Tiens, remplir sa déclaration fiscale, serait-ce, finalement, un plaisir?

Enfants à charge. Si vous avez un ou plusieurs enfants, vous bénéficiez d’une quotité exemptée d’impôt. "Plus vous avez d’enfants, plus cette quotité est élevée", explique Steve Cocriamont. Pour des cohabitants de fait, il vaut mieux mettre tous les enfants à charge sur une seule tête.

Comme toute règle, elle peut souffrir d’exceptions. Si des cohabitants de fait ont deux enfants, il peut être plus intéressant de mettre un enfant à charge de chacun des parents. Pourquoi ? Chaque parent bénéficiera d’une quotité exemptée en tant que père ou mère célibataire, à laquelle s’ajoutera une réduction d’impôt pour enfant à charge. En faisant ce choix, les parents font ensemble une économie d’impôt de plus de 550 euros.

Garde d’enfants. Si vous avez un ou plusieurs enfants de moins de 3 ans, vous pouvez opter soit pour le système de la quotité exemptée (520 euros), soit pour la déduction des frais de garde (11,20 euros au maximum par jour, montant identique à celui de 2011).

Vous pouvez également déduire les frais de garde à l’école ou encore les stages scolaires/sportifs pour les enfants âgés de 12 ans et moins, là encore avec un maximum de 11,20 euros par jour.

Investissements économiseurs d’énergie. La case de la déclaration risque d’être fréquemment remplie, tant vous avez été nombreux à profiter des "largesses" fiscales en 2011, et plus particulièrement au cours des dernières semaines de l’année.

Deux cas d’espèce. Vous avez, par exemple, effectué des travaux pour 15 000 euros, sans recourir à un crédit bancaire. La réduction d’impôt s’élève à 40 %, soit 6 000 euros. La réduction d’impôt est toutefois limitée à 2 830 euros au maximum par habitation pour les revenus 2011. Si votre habitation est occupée depuis au moins cinq ans, le solde de 3 170 euros sera reporté, et pourra donc être déduit de vos revenus 2012 (déclaration de juin 2013). Ce montant de 2 830 euros est majoré de 850 euros pour la pose de panneaux photovoltaïques destinés à la production d’électricité (la production d’eau chaude ne bénéficie plus de cet avantage).

Vous avez effectué des travaux pour ce même montant, mais vous avez cette fois contracté un prêt vert. La réduction d’impôt est identique. L’Etat donne toutefois un coup de pouce supplémentaire. Prenons le cas d’un crédit au taux de 4 %. L’Etat vous a accordé une réduction de taux de 1,50 %. Le taux d’intérêt réel est donc de 2,50 %. Le montant des intérêts remboursés pourra également être déduit, et vous offrir une réduction d’impôt de 40 %.

Epargne-pension. Le maximum déductible par contribuable est de 880 euros pour les revenus 2011. Vous pouvez, fort bien, changer de formule (fonds d’épargne-pension ou assurance d’épargne-pension) au fil des années, mais vous ne pouvez déduire qu’un seul produit par déclaration fiscale.

Vous pouvez aussi déduire, dans le cadre de l’épargne-pension, les primes versées pour une assurance solde restant dû.

A nouveau, le montant maximum déductible est de 880 euros.

Vols. Les mesures prises contre le vol et l’incendie de votre habitation donnent droit à une réduction d’impôt. Elle est de l’ordre de 50 % du montant dépensé, avec un maximum de 710 euros par habitation.

Frais réels ? Tous les travailleurs salariés bénéficient de frais professionnels forfaitaires, automatiquement déduits de leurs revenus (avec un maximum de 3 670 euros, ce qui correspond à un revenu supérieur à 60 060 euros). Le montant de ces frais forfaitaires dépend du revenu imposable. Il peut être plus intéressant d’opter pour les frais réels. Dans quelles conditions ? "Si l’employeur intervient dans les frais de déplacement, cette intervention s’ajoute aux revenus imposables", précise Steve Cocriamont. Pour que l’opération soit fiscalement intéressante, il faudra donc que le montant de vos frais réels soit supérieur à 3 648,20 euros. Qui dit frais réels, dit principalement frais de déplacement en voiture ou en transports en commun. Le maximum déductible est de 15 cents par kilomètre. D’autres frais peuvent entrer en ligne de compte, pour autant qu’ils aient un rapport direct avec la profession.

Crédit hypothécaire. Pour les emprunts conclus entre 1989 et 2005, vous jouez à la fois sur le remboursement du capital et le montant des intérêts. Capital : son remboursement vous donne une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 50 % (si vous êtes dans la tranche supérieure de revenus). Pour les emprunts conclus depuis le 1er janvier 2005, le système est bien plus simple : vous avez droit à une réduction d’impôts de 2 120 euros au maximum, somme à laquelle vous pouvez ajouter 710 euros supplémentaires si cet emprunt concerne votre habitation unique, et ce, pendant les 10 premières années de l’emprunt. Vous pouvez déduire 70 euros supplémentaires si vous avez au moins 3 enfants à charge.

ALE/Titres-services. Les chèques ALE et autres titres-services donnent droit à une réduction d’impôt sur un montant de 2 560 euros au maximum par contribuable. La réduction est de 30 % pour les titres-services et entre 30 et 40 % pour les chèques ALE. Pour la déclaration de cette année, un ménage (parents et enfants vivant sous le même toit) peut bénéficier d’une réduction d’impôt sur un maximum de 1 000 titres-services. A partir de l’année 2012 - déclaration 2013 -, le système sera adapté: le maximum déductible passera à 800 titres-services par ménage.

Nouveautés. Il y en a quelques-unes, mais qui touchent peu de contribuables.

- Les médecins peuvent, via le fonds d’impulsion de la médecine générale, recevoir une prime pour s’installer dans des régions peu couvertes. Auparavant, cette prime était frappée du taux marginal. Désormais, cette prime n’est plus incluse dans l’ensemble de leurs revenus, mais est taxée séparément à 16,5 %.

- Bonus à l’emploi. Il s’agit d’une réduction de la cotisation ONSS personnelle. Ce bonus doit être déclaré. Le contribuable en récupère une partie via un crédit d’impôt.

- Fonds de développement. Vous devez conserver pendant 5 ans les actions émises par le Fonds de développement. Si vous revendez ces actions avant 5 ans, vous ferez l’objet d’une rectification d’impôts.

Publicité clickBoxBanner