Evolution et innovation de Salon

DS Publié le - Mis à jour le

Actualité

Le salon Auto-Moto qui s’ouvre cette semaine au Heysel réjouira les amateurs de chiffres ronds : la manifestation, qui en est à sa 90e édition, fête son 110e anniversaire. Une exposition rendra compte de ce riche passé. Comme dit Philippe Casse, expert en la matière chez D’Ieteren, "22 voitures qui représentent 110 ans d’automobile, avec une voiture de sport ou de course et une de luxe par décennie, pour soutenir l’histoire des millions de brevets et d’inventions qui ont jalonné, avec merveilles, les 2,5 milliards de voitures produites par plus de 9 000 marques connues. Et cela continue "

L’an dernier, en cours de salon, les camions avaient laissé la place aux voitures de prestige. L’intérêt suscité par les belles carrosseries et leurs puissantes mécaniques a conduit les organisateurs à déplacer les marques de luxe du Patio, où elles étaient un peu perdues, au Palais 12, qui leur est entièrement dévolu. C’est là que l’on admirera les Porsche, Bentley, Lotus, Ferrari, Lamborghini, Aston Martin, Rolls-Royce, McLaren, Alpina, Fisker, Karma, Maserati.

Dans sa conquête d’une dimension européenne, le salon de Bruxelles ne peut faire l’impasse sur les préoccupations environnementales. Les mentalités ont bien changé et, de nos jours, toutes les marques, ou presque, se présentent comme championnes de la propreté. L’auto lave plus vert. Dans la réalité, l’on sait que le succès relatif des motorisations hybrides (électrique + hydrocarbure) est mis en péril par la suppression des primes gouvernementales (voir ci-contre) et le nouveau système de taxation des voitures dites "de société". Quant à l’électricité, elle reste totalement marginale.

Pour faire évoluer les mentalités, rien de tel que la démonstration. Le Palais 7 accueillera l’exposition "Cleaner Mobility" où seront présentées les solutions d’avenir à plus ou moins long terme, comme les modèles électriques et différents systèmes de recharge, la pile à combustible, le gaz naturel. Les technologies nouvelles libèrent les imaginations, et de nombreuses petites entreprises innovantes auront aussi leur place là. Ensuite, démonstration sur piste. Celle-ci, qui existait déjà en intérieur, déménage à l’extérieur, aux marches du Palais 7, pour se dérouler sur 600 mètres. Le nombre de modèles proposés à l’essai est à l’image du marché : en augmentation, à 27 voitures.

L’organisation du salon elle-même entre dans la danse. Marre de trimballer pendant des heures des kilos de prospectus ? Le visiteur a désormais la possibilité d’utiliser une carte à puce disponible dès l’entrée. Après s’être enregistré sur une adresse de courrier électronique ou un compte Facebook, l’utilisateur n’aura qu’à récolter les infos recherchées à des bornes placées dans les stands d’exposition. La documentation lui sera adressée par courriel. De quoi craindre d’avoir sa boîte envahie de publicités et offres promotionnelles des constructeurs ? Tout dépend de l’usage qui sera fait de ces adresses électroniques et, en tout cas, l’opération se soldera par une économie de papier. que l’on espère substantielle.

A part ça, un peu d’ordre est mis dans les stands des marques, toutes celles de l’importateur D’Ieteren - à part Porsche - se trouvant rassemblées dans le Palais 11. C’est la vocation première d’un salon organisé par la fédération des constructeurs : être, pour un temps et sur plus de 115 000 M2, la plus grande vitrine automobile du pays.

Salon Auto-Moto, du 12 au 22 janvier à Brussels Expo. autosalon.be

Publicité clickBoxBanner