L'euro s'enfonce face au dollar

afp Publié le - Mis à jour le

Actualité L'euro creusait ses pertes vendredi, tombant à un nouveau plus bas depuis deux ans face au dollar, pénalisé par un regain d'inquiétude sur les perspectives de croissance de l'Espagne qui alimentaient les craintes persistantes des cambistes concernant l'avenir de la zone euro.

Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), l'euro valait 1,2173 dollar contre 1,2276 dollar jeudi vers 21H00 GMT, après être descendu vers 14H00 GMT à 1,2144 dollar, son plus bas niveau depuis le 14 juin 2008.

L'euro accélérait également sa baisse face à la monnaie nippone, à 95,54 yens contre 96,48 yens la veille. Il est tombé vers 14H30 GMT à 95,38 yens, un plus bas depuis fin novembre 2000 face à la devise nippone. Le dollar fléchissait légèrement face au yen, à 78,48 yens contre 78,58 yens jeudi soir.

Ce nouvel accès de faiblesse de la monnaie unique s'expliquait par "un regain des inquiétudes concernant l'Espagne", dont la situation économique morose et le lourd endettement continuent d'alarmer les investisseurs, observait Steve Englander, analyste de Citi FX.

Le gouvernement espagnol a ainsi révisé en légère baisse ses prévisions de croissance pour 2013 et 2014, tout en tablant pour 2012 sur une contraction moins sévère qu'attendu initialement de l'économie du pays. "Il y a des craintes que ces nouvelles prévisions soient même encore trop optimistes", soulignait M. Englander.

Signe de la défiance des investisseurs, le taux de rendement des obligations à 10 ans de l'Espagne se tendait vendredi de nouveau au-dessus des 7%, un niveau jugé intenable sur le long terme.

Les investisseurs délaissaient l'euro pour des devises jugées plus sûres, comme le dollar et le yen, semblant faire peu de cas du feu vert accordé vendredi par l'Eurogroupe au plan d'aide aux banques espagnoles, qui prévoit une enveloppe pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros.

Comme le faisait remarquer Michael Hewson, analyste de CMC Markets, le fait que "l'argent prêté devra passer par le gouvernement espagnol, rajoutant ainsi au fardeau budgétaire de Madrid, rend les marchés nerveux".

"La hausse des taux à 10 ans de l'Espagne suggère que les investisseurs s'attendent à voir l'Espagne nécessiter à l'avenir un nouveau plan de sauvetage", ajoutait Nick Stamenkovic, expert de RIA Capital Markets.

Les cambistes tournaient ainsi à nouveau leur attention vers la zone euro après avoir disséqué ces derniers jours des commentaires du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Ben Bernanke lors d'auditions devant le Congrès américain mardi et mercredi, qui avaient revigoré le billet vert.

M. Bernanke avait déçu les observateurs en se gardant de toute allusion sur de nouvelles mesures de la banque centrale pour aider une économie américaine à la peine.

De telles mesures se traduisent habituellement par des injections de liquidités susceptibles de diluer la valeur du dollar et de le rendre moins attractif pour les investisseurs spéculatifs.

Vers 16H00 GMT, la livre britannique montait face à l'euro, à 77,87 pence pour un euro, après s'être hissée vers 14H00 GMT à 77,71 pence, son plus haut niveau depuis octobre 2008. Elle reculait en revanche face au billet vert, à 1,5630 dollar.

La devise helvétique restait stable face à l'euro, à 1,2008 franc suisse pour un euro, et accélérait son recul face au dollar, à 0,9866 franc suisse pour un dollar, tombant même vers 13H50 GMT à 0,9888 franc, un plus bas depuis décembre 2010.

L'once d'or a fini à 1.576,25 dollars au fixing du soir contre 1.584 dollars jeudi. La monnaie chinoise a terminé à 6,3738 yuans pour un dollar contre 6,3729 yuans jeudi.

Publicité clickBoxBanner