L’investissement étranger bondit en Wallonie

Frédéric Chardon Publié le - Mis à jour le

Actualité

La présentation "en interne" des vœux du patron de l’Agence wallonne à l’exportation (Awex) et de WBI (Wallonie-Bruxelles international, chargée des relations internationales de la Fédération du même nom) à son personnel était particulièrement instructive cette année. En effet, selon nos informations, Philippe Suinen a révélé ce lundi à ses collaborateurs que les investissements étrangers ont fait leur grand retour en Wallonie en 2011. Concrètement, 91 nouveaux projets d’investissements étrangers ont été enregistrés par les services de l’Awex l’année dernière. Au total, ces 91 dossiers correspondent à une création de 2 046 emplois en Wallonie.

On est donc bien au-delà des modestes résultats réalisés par le sud du pays en 2010. Pour rappel, la Région wallonne n’avait alors connu "que" 68 investissements étrangers, correspondant à 1 733 emplois directs. De 2010 à 2011, le nombre de dossiers d’investissements venus de l’étranger a donc progressé de 35 %. La Wallonie semble donc avoir redressé la tête.

Précision : l’Awex intègre un investissement dans son bilan lorsque les terrains ont été achetés ou loués par l’entreprise étrangère et que les démarches administratives pour lancer l’activité ont été accomplies. Cette question a son importance car la comptabilisation des investissements étrangers a donné lieu l’année dernière à quelques jolies passes d’armes entre l’Awex et le bureau Ernst & Young. Le consultant comptabilise en effet d’une autre manière moins flatteuse pour les Wallons.

En ce qui concerne la répartition géographique des nouvelles activités économiques, on ne possède pas ces données à ce stade. Toutefois, la tendance lourde donne l’avantage au Hainaut qui a capté 50 % des emplois créés par les investissements étrangers depuis un peu plus d’une dizaine d’années (LLB du 28/07/2011).

Par ailleurs, une autre information intéressante est sortie du discours de début d’année de Philippe Suinen : il veut veiller à la transparence totale dans la politique de recrutement du personnel de l’Awex (et de WBI). "Nous sommes et serons pris au sérieux [ ] parce que nous donnons l’exemple. Notamment en objectivant toutes les décisions en matière de politique du personnel : appel public aux candidatures, transparence, comparaison des mérites, objectivation et motivation des décisions. Pour la crédibilité de nos services publics, il est essentiel de maintenir et renforcer ces principes sans aucune exception." Traduction : c’est la chasse à la politisation des engagements.

Publicité clickBoxBanner