La BCE prête à intervenir sur le marché de la dette

afp Publié le - Mis à jour le

Actualité La Banque centrale européenne (BCE) est prête à intervenir sur le marché de la dette, face aux taux d'emprunt "inacceptables" que doivent consentir certains pays de la zone euro, à la condition toutefois que les gouvernements fassent leurs devoirs, a déclaré jeudi son président Mario Draghi.

La BCE "peut entreprendre des opérations sur le marché obligataire d'une taille adéquate pour atteindre son objectif", a déclaré M. Draghi lors d'une conférence de presse à Francfort, à l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE.

Il a aussi annoncé que son institution était prête à prendre de nouvelles mesures exceptionnelles, afin de restaurer la bonne transmission de sa politique monétaire, mais sans préciser lesquelles. Les modalités de ces mesures seront présentées "au cours des prochaines semaines", a-t-il ajouté.

Pour M. Draghi, pour que la BCE agisse, il faut toutefois que les dirigeants européens s'engagent à poursuivre leurs efforts d'assainissement budgétaire et de réformes structurelles, ce qui prend du temps.

C'est pourquoi, ils doivent aussi se montrer prêts à faire intervenir les fonds de secours européens FESF et MES sur le marché obligataire, a-t-il dit. "La politique monétaire ne peut pas tout, et surtout pas compenser le manque d'action des politiques", a ajouté M. Draghi, qui a affirmé l'engagement unanime des 23 membres du conseil des gouverneurs à "tout faire" pour protéger la zone euro.

L'un d'entre eux s'est toutefois prononcé contre la possibilité de réactiver le programme de rachat d'obligations publiques sur le marché secondaire, a déclaré son vice-président Vitor Constancio, sans dire lequel.

La banque centrale allemande, la Bundesbank, s'est ouvertement opposée à cette éventualité.

Malgré ses engagements à agir et un ton très ferme tout au long de la conférence de presse, M. Draghi n'a pas convaincu les marchés dont il voulait restaurer la confiance: la plupart des places boursières européennes ont chuté tandis que les taux de la dette espagnole et italienne ont grimpé de nouveau.

Publicité clickBoxBanner