La Fed applique un remède de cheval

Patrick Van Campenhout Publié le - Mis à jour le

Actualité

Il aura fallu quelques instants aux opérateurs pour prendre attitude après l'annonce surprenante de la baisse des taux sur le dollar, hier en cours d'après-midi. Après un temps de flottement, suivi d'un dérapage des cours, les marchés boursiers sont en effet repartis à la hausse mardi en Europe. Soulagement. La Réserve fédérale américaine a pris fermement les choses en mains mardi, réduisant son taux de référence de trois-quarts de pourcent à 3,50 pc alors qu'on n'attendait pas cette intervention avant le 30 janvier, lors de la réunion officielle de son comité monétaire.

Il est vrai que les échanges préliminaires sur le marché boursier électronique montraient la probable chute des actions américaines à la reprise des places de cotation qui étaient restées fermées lundi en raison d'un jour férié - le Martin Luther King Day. On évaluait le choc à 5 ou 6 pc de chute. L'intervention de la Fed a permis de limiter la casse à un gros pourcent, quelques minutes après le début des transactions.

Décision efficace

La Fed a pris une décision risquée mais efficace pour l'ensemble des marchés, puisque les places européennes qui avaient entamé la journée sur une baisse généralisée, ont terminé sur des rebonds sensibles. Ainsi, Bruxelles a repris 1,6 pc, et l'Eurostoxx 50, 1,4 pc, reflétant un retour au calme temporaire. On peut évidemment douter de l'impact de cette intervention musclée sur la tendance globale au ralentissement de l'économie américaine. Mais il est clair que la détente des taux courts va permettre aux banques américaines sous pression de restaurer une certaine liquidité des opérations financières. Et cela, alors qu'hier, Bank of America et Wachovia ont annoncé un recul de plus de 90 pc de leurs profits au quatrième trimestre 2007.

A la Bourse de Bruxelles, la tendance s'est restaurée en fin de journée, "mais au terme d'échanges très animés, et surtout dans un niveau de volatilité des cours rarement observé chez nous", assure Xavier Servais (Société de Bourse Courtens, groupe Allianz). "On a vu des écarts de cours surprenant de 12 à 16 pc sur les titres des valeurs bancaires belges avant de voir ces titres terminer dans le vert." Quid de l'attitude des clients au cours de cette journée qui se présentait assez mal ? "On a vu toutes les attitudes : les audacieux qui ont profité de la faiblesse des cours pour prendre position dans le marché, des anxieux, alertés par les articles de presse, soucieux de prendre des nouvelles de leur portefeuille, et quelques clients qui ont carrément soldé leurs positions, au plus mauvais moment. C'est dommage !"

Enfin, si la crainte d'une récession avait fait plonger les cours du brut, de l'or et de pas mal de matières premières, la baisse du taux de la Fed a eu pour sa part un impact immédiat sur le dollar qui a reculé face aux principales devises de référence, dont notre euro, à 1,4627 pour un euro contre 1,4483 la veille.

Publicité clickBoxBanner