Les "bobos" du cycliste couverts

P.D.-D. Publié le - Mis à jour le

Actualité

Une manœuvre un peu trop hardie, une voiture qui ne vous voit pas ou ne vous cède pas la priorité, une voirie défectueuse ou encore un moment d’inattention: le parcours d’un cycliste peut être semé de pas mal d’embûches. Diverses assurances peuvent alors intervenir, que ce soit pour ses propres "bobos", pour les dégâts causés à son matériel ou à des tiers.

L’assurance dite familiale interviendra ainsi en cas de responsabilité du cycliste. Pour cela, le vélo doit être utilisé à des fins personnelles - la balade du dimanche matin, par exemple - ou pour vous rendre à votre travail. "Cette assurance couvre les dommages, qu’ils soient corporels ou matériels, causés à autrui en cas de faute du cycliste", explique Wauthier Robyns, porte-parole d’Assuralia, la fédération du secteur de l’assurance. Si vous utlisez votre vélo à des fins professionnelles - comme coursier, par exemple - l’assurance familiale n’interviendra pas.

La familiale couvre tous les membres d’une famille vivant sous le même toit. Cette couverture ne vaut, faut-il le rappeler, que pour les dommages causés à autrui. Bref, si vous effectuez une chute sans cause extérieure, vos dommages corporels et matériels ne seront pas couverts par la familiale.

L’assurance hospitalisation. Les dommages corporels du cycliste ne sont pas couverts par la familiale. Si la chute est à ce point lourde qu’elle nécessite son hospitalisation, l’assurance hospitalisation interviendra.

L’assurance accident du travail. Si vous vous rendez en vélo à votre boulot, vous serez couvert par cette assurance en cas de pépin. Si vous travaillez dans le privé, votre employeur est tenu de souscrire à une telle assurance. Tel n’est pas le cas dans le public: une commune, par exemple, peut décider de souscrire ou non à une telle assurance. Si elle n’a pas souscrit à une telle assurance, la commune devra payer de sa poche l’indemnistaion du dommage. L’assurance couvre les dommages corporels.

L’assurance du tiers. Un cycliste est, à l’instar du piéton, considéré comme un "usager faible". En cas d’accident impliquant un véhicule automoteur, il sera automatiquement indemnisé. Le terme "impliquer", est important, souligne Wauthier Robyns. Il ne doit pas y avoir nécessairement un contact entre un véhicule et un vélo: si le cycliste effectue une embardée pour éviter une voiture qui effectue une manœuvre intempestive, une indemnistation automatique pour les dommages corporels interviendra. Elle sera prise en charge par l’assurance du conducteur du véhicule.

Pour les dommages matériels, tout dépendra des responsabilités des uns et des autres. "Si le cycliste a brûlé un feu rouge, ses dommages corporels seront couverts par l’assureur du véhicule impliqué. Les dommages au véhicule seront pour leur part pris en charge par l’assurance familiale du cycliste", explique Wauthier Robyns.

Assurance scolaire. Une assurance scolaire peut prévoir la prise en charge de dommages intervenus sur le chemin de l’école pour les écoliers s’y rendant en vélo.

Assurances spécifiques. AG Insurance propose un "Pack cycliste" qui couvre les dommages corporels et matériels subis par le cycliste. AG permet de couvrir les dégâts de son vélo jusqu’à 1 000 ou 2 000 euros. Ce pack est également doté d’un volet "assistance" en cas de problème technique ou de vol du vélo (vous pourrez par exemple être convié à votre domicile).

Assurance vol. Le vol n’est pas couvert par AG, "par manque de système de registration nationale fiable", explique l’assureur.

Chez Ethias, les vélos et vélos avec assistance électrique ne peuvent être assurés contre le vol et les dégâts matériels. "S’il s’agit d’un vélo électrique équipé de moteur électrique où le moteur permet à l’utilisateur d’avancer sans pédaler, nous proposons un contrat RC cyclomoteur pour couvrir la responsabilité du client", précise Ethias. "Si le vélo est neuf, il pourra aussi l’assurer contre le vol et l’incendie."

Publicité clickBoxBanner