Les failles de l’offre de Test-Achats

AvC Publié le - Mis à jour le

Actualité

C’est l’histoire de l’arroseur arrosé. L’association de consommateurs Test-Achats est au cœur de la polémique depuis que "Le Soir" a révélé, ce week-end, que l’opération "réduisez votre facture" de gaz et d’électricité lui rapporterait gros. Et cela parce qu’elle demande une commission auprès des fournisseurs pour obtenir le meilleur prix dans le cadre de l’offre groupée. Selon un petit fournisseur, il s’agit de 25 euros par compteur par an par client, soit 50 euros pour un client qui prend le gaz et l’électricité. Or, vendredi, Test-Achats annonçait que 64 000 Belges avaient déjà répondu favorablement à son initiative de groupement d’achat, "qui vise à rechercher, après mise aux enchères, les formules tarifaires les plus basses du marché en électricité et en gaz".

Appelé à réagir ce week-end, Test-Achats a reconnu qu’elle est en train de négocier une commission avec les différents fournisseurs. Mais elle a précisé que tous les groupements d’achat y ont recours et que le montant de 25 euros n’est pas définitif. De fait, IChoosr, un acteur clé en Flandre, demande aussi des commissions aux fournisseurs. Lesquelles ont d’ailleurs tendance à grimper (de 17 euros au départ vers 23 à 25 euros).

De quoi évidemment irriter les fournisseurs qui voient leurs marges se réduire. "25 euros par compteur, c’est trop cher. A ce niveau-là, on ne peut pas offrir des prix intéressants", commente Bruno Venanzi, administrateur délégué chez Lampiris.

L’ancienne députée Groen, Tinne Van der Straeten, du cabinet d’avocats Blixt, estime, quant à elle, que la commission payée pour acquérir des nouveaux clients reste moins élevée que si les fournisseurs ont recours aux méthodes de marketing traditionnelles (pub, etc).

Reste à savoir si ceux qui choisissent le groupement d’achat obtiendront la meilleure offre. Dans ses interviews audiovisuelles, Jean-Philippe Ducart est resté assez flou. D’après Tinne Van der Straeten, les consommateurs feront un gain en quittant leur fournisseur historique pour un challenger plus compétitif. Mais ils peuvent sans doute faire une économie comparable s’ils agissent en leur propre nom. Surtout si certains fournisseurs refusent de payer la commission de 25 euros pour participer à l’enchère.

Autre point à éclaircir : dans sa mise aux enchères auprès des fournisseurs, comment Test-Achats va prendre en compte la qualité du service? Sur la page d’inscriptions, aucune allusion n’est faite sur ce point. Tout comme d’ailleurs sur des critères d’énergie verte alors que Test-Achats s’était clairement positionné à ce niveau-là dans le passé.

Dernier point: les recettes que pourrait engranger Test-Achats. "Le Soir" (qui a multiplié 64 000 par 50) citait le chiffre de 3 millions. Un chiffre qualifié de "fantaisiste" par Jean-Philippe Ducart. "Nous avons investi des fonds pour assurer la gestion du groupement, renforcer notre équipe au niveau du "Call Center" et lancer des campagnes de pub pour faire connaître l’opération Tout cela nous a coûté 200 000 euros", a-t-il précisé.

Publicité clickBoxBanner