Modrikamen met en demeure le conseil d'administration de Fortis holding

BELGA Publié le - Mis à jour le

Actualité

Cette action au fond, introduite en février par le cabinet Modrikamen, vise à obtenir l'annulation des transactions conclues en octobre 2008 avec l'Etat néerlandais et qui ont conduit à la nationalisation des activités néerlandaises de Fortis. A titre subsidiaire, les actionnaires défendus par Modrikamen demandent 5 euros par action de dommages et intérêts.

"Lors de l'assemblée générale du 11 février, les actionnaires avaient clairement rejeté les transactions avec l'Etat néerlandais. En toute logique, le conseil d'administration de Fortis doit tenir compte de ce vote. Nous invitons le conseil d'administration à prendre fait et cause pour les actionnaires qui poursuivent l'annulation des transactions et la récupération des actifs néerlandais", a expliqué mardi Me Olivier Bonhivers, du cabinet Modrikamen, à l'agence Belga.

Si le conseil d'administration de Fortis holding devait ne pas répondre positivement avant la fin du mois -soit le 30 juin- à l'invitation du cabinet Modrikamen, celui-ci demandera au tribunal de Commerce de Bruxelles de nommer un mandataire ad hoc qui serait chargé d'agir en lieu et place du conseil d'administration et de se joindre à l'action au fond contre l'Etat néerlandais, a-t-on encore appris.

Publicité clickBoxBanner