Pas de nouvelle aide pour la Grèce

AFP Publié le - Mis à jour le

Actualité

La prochaine tranche d'aide à la Grèce ne sera pas versée tant que ce pays n'aura pas recommencé à mettre en oeuvre le programme de réformes exigé par ses créanciers, a mis en garde vendredi un responsable européen sous couvert d'anonymat.

"Il n'y aura pas de versement tant que l'Eurogroupe n'aura pas constaté que le programme est de nouveau sur les rails", a déclaré cette source.

Les ministres des Finances de la zone euro se réunissent lundi à Bruxelles, mais aucune décision sur l'aide à la Grèce, n'est à attendre dans l'immédiat. "Ce sera plutôt fin août que fin juillet", selon cette source.

Il en est d'ailleurs de même pour Chypre, qui a également officiellement demandé une aide pour ses banques en difficulté. La réunion de lundi donnera lieu à "un premier échange de vues sur les intentions du gouvernement grec" avec le nouveau ministre des Finances, Yannis Stournaras.

Cet échange, tout comme les "points de vue des ministres" de la zone euro, "de la Commission, de la Banque centrale européenne, fournira des lignes directrices à la troïka pour ses discussions à Athènes", a expliqué la source européenne.

Les chefs de mission de la "troïka" des créanciers publics de la Grèce (UE, BCE et Fonds monétaire international) était à Athènes cette semaine afin d'examiner les comptes grecs et d'évaluer l'état des réformes.

Mais après trois mois de parenthèse politique, "le programme est sorti des rails et nous ne pouvons rien demander à nos partenaires tant qu'il ne sera pas relancé", a reconnu M. Stournaras dans un entretien publié vendredi par le Financial Times.

"Sortir des rails n'est pas un drame en soi", a commenté la source européenne, mais il faut "rattraper le retard", notamment en matière de rentrées fiscales. "On peut discuter les moyens", mais le fait d'y parvenir n'est "pas négociable", a ajouté cette source en notant que M. Stournaras avait donné des assurances sur la détermination de la Grèce à "se remettre dans les rails".

Le fait qu'aucune décision ne soit prise avant fin août risque de poser un problème à Athènes. Pour faire face à ses échéances, la Grèce a en effet besoin qu'au moins une partie de la prochaine tranche d'aide prévue, qui s'élève à 31,5 milliards d'euros, soit versée d'ici le 20 août.

Publicité clickBoxBanner