Quelle alternative au livret ?

P.D.-D Publié le - Mis à jour le

Actualité

Le choix est loin d’être évident pour les ménages désirant faire fructifier leur épargne sans jouer à l’apprenti sorcier.

Les produits classiques (livret, bons de caisse ou encore comptes à terme) ont vu leur rendement piquer du nez ces derniers temps. De plus, le précompte de 21 % rogne durement dans des rendements déjà maigrichons sur les bons de caisse et autres comptes à terme.

L’alternative toute indiquée est bien entendu la large gamme de produits de branche 21, qui permettent d’échapper à ce précompte de 21 % pour autant que vous conserviez le produit pendant huit ans ou plus.

Mais là encore, le mouvement de ressac sur les marchés touche les taux garantis - généralement pendant huit ans - des produits de branche 21. Plusieurs taux ont été revus à la baisse ces derniers temps : cela a été notamment le cas de Vita Invest de Fédérale (de 2,50 à 2,25 %), ou encore de Life Future 8 (KBC) et Etoile Select (Mercator) dont le taux est cette fois passé de 2,25 à 2 %.

BKCP, pour sa part, a été plus radicale encore. Le produit BKCP Expansion, qui avait enregistré un beau succès commercial, est rangé dans un placard : seul des versements complémentaires sur un contrat existant sont encore permis, mais avec un taux garanti de 1,75 % à la clé. Pas terrible. De quoi sans soute amener ses clients à privilégier son tout nouveau produit, BKCP Horizon, qui, lui, propose un rendement de 2,50 %. Le hic est que BKCP profite de cette nouvelle offre pour changer les règles : le taux garanti pour le produit Horizon est d’un an, alors qu’il est de huit ans pour BKCP Expansion.

Si les taux sont à la baisse chez la plupart des acteurs du marché, les personnes disposant d’un contrat chez Integrale peuvent encore bénéficier d’un taux de 3,25 % sur des versements complémentaires sur le produit 786. Il n’est plus possible de souscrire de nouveaux contrats.

N’oubliez pas que ces produits sont frappés d’une taxe d’1,1 % sur tout nouveau versement. Il y a aussi des frais d’entrée, plus ou moins importants, qu’il est toutefois possible de négocier avec le courtier. Il y a aussi la question de la disponibilité et de la fiscalité. Il est certes possible - chaque compagnie a des règles différentes - de retirer une partie de son capital, en cas de besoin. Lors d’un retrait endéans les huit premières années du contrat, un précompte de 21 % sera toutefois retenu sur la base d’un rendement fictif de 4,75 % par an sur la somme retirée, et ce même si le rendement de votre produit a été de 2,50 % !

Publicité clickBoxBanner