Royal Export Awards: clap dernière?

SANDRINE VANDENDOOREN Publié le - Mis à jour le

Actualité

Pour la 21e année consécutive, les «Royal Export Awards» (anciennement dénommés «Oscars à l'exportation») ont été décernés, jeudi, à dix entreprises belges pour leurs performances à l'exportation en 2000. Organisé depuis 1980 par l'Office belge du Commerce extérieur (OBCE), ce concours récompense des sociétés belges qui se sont distinguées par leur dynamisme commercial à l'étranger. Comme chaque année, les lauréats ont reçu, jeudi, leur trophée à Bruxelles des mains du Prince Philippe (le président d'honneur de l'OBCE) et de la ministre de tutelle, Annemie Neyts, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères. Outre l'impact médiatique, ce prix représente surtout pour les sociétés primées une belle reconnaissance dont elles peuvent se prévaloir sur les marchés internationaux. Ainsi dans des pays comme la Thaïlande et le Japon très attachés à la famille royale le cachet «Royal Export Awards» sur une carte de visite peut parfois ouvrir de précieuses portes.

Quarante-deux entreprises ont participé à l'édition 2000 du concours. Sur les dix firmes couronnées, quatre d'entre elles sont établies en Wallonie, cinq en Flandre et une à Bruxelles. Huit PME figurent dans la cuvée 2000. «C'est la preuve que la grande exportation n'est pas réservée aux grandes entreprises», a souligné Annemie Neyts, jeudi. Ensemble, les lauréats réalisent un chiffre d'affaires de 15 milliards de FB et emploient 2.000 personnes.

Dans le palmarès de la catégorie «biens de consommation», on trouve la société Deltracon d'Ingelmunster (tissus de décoration), Lanxner de Bruxelles (repas pour compagnies aériennes), SMI de St-Vith (ligatures chirurgicales stériles) et Snack Food Poco Loco de Roulers (nourriture mexicaine). Les quatre sociétés primées dans la catégorie «Biens industriels et d'équipement» sont ACV de Seneffe (chaudières), Decruy à Houthulst (meubles), Dynaco à Moorsel (portes industrielles) et la Sonaca de Gosselies (équipements aéronautiques), déjà lauréate en 1988. Enfin, le bureau d'ingénieurs-conseils namurois SHER et la firme anversoise United Belgian Mills spécialisée dans l'exportation de farine de blé ont été sacrés dans la catégorie «Services».

PARFUM DE RÉGIONALISATION

L'ambiance était plutôt à la fête, hier, lors de la remise officielle des prix. Et pourtant, le «commerce extérieur de papa» vit ses dernières heures puisque l'accord conclu au printemps dernier sur la régionalisation accrue du commerce extérieur vient d'être confirmé lors des «accords du Lambermont». Dans ce cadre, l'OBCE sera remplacé par une Agence fédérale à l'exportation, dont ni les missions ni le statut ne sont encore clairement définis. On sait juste, pour l'heure, que la dotation fédérale se limitera à une enveloppe annuelle de 100 millions de FB contre 700 millions pour l'OBCE, à l'heure actuelle. Certes, l'idée est de faire contribuer les trois Régions au financement de cette agence. Mais avec quelle clé de répartition? Cela doit encore faire l'objet de négociations. Il semble que les compétences de la nouvelle Agence soient limitées à l'organisation de quelques missions princières et à la diffusion d'informations. Dans ces conditions, on peut se demander si les «Royal Export Awards» ne sont pas voués à disparaître tout simplement. Faute de moyens pour l'organiser ou faute de motivation de la part des Régions. Certaines d'entre elles récompensent déjà leurs propres exportateurs. C'est le cas de la Région wallonne qui décerne tous les deux ans ses «Grands prix Wallonie à l'exportation».

© La Libre Belgique 2001

Publicité clickBoxBanner