Un impact des Français sur l'immobilier belge?

Ch. Van Dievort Publié le - Mis à jour le

Actualité

La demande de naturalisation du français Bernard Arnault et son installation à Uccle créé la polémique à plus d'un titre. Outre la question de savoir pourquoi la première fortune de France veut devenir belge, certains ressortent la rengaine des Européens qui, en venant s'établir chez nous, sont responsables de la flambée des prix de l'immobilier. Un sentiment largement partagé, mais qui ne se confirme pas forcément sur le terrain.

Dans la région de Tournai, l'arrivée conséquente de ressortissants français frontaliers a bien une influence sur le prix au mètre carré. Ceux qui viennent s'installer chez nous ne sont pas spécialement riches et intéressés par fuir l'ISF, l'impôt sur la fortune en vigueur outre-Quiévrain, ils veulent profiter d'un marché immobilier moins cher. D'après les chiffres du mois d'août, la différence de prix entre la France et la Belgique oscille entre 10 et 20%. Dans la région, sur 10 ans, le prix moyen des maisons a gagné 82% d'après Charlotte Mikolajczak, spécialiste immobilier à La Libre Belgique. Une hausse qui reste d'actualité précise-t-elle puisque sur les 6 derniers mois, les prix ont encore gagné 3%.

La situation n'est pas comparable à Bruxelles. De l'avis des experts, les prix dans la capitale ont tendance à restés stables explique Charlotte Mikolajczak. Quand bien même, si explosion des prix il devait y avoir, ce n'est pas l'arrivée des Français ou des eurocrates qui l'expliquerait. Il faudrait plutôt y voir la conséquence de l'augmentation du coût des crédits hypothécaires ou l'évolution des revenus des ménages. Ce sont ces éléments-là qui font réellement évoluer un marché immobilier souligne-t-elle. Quant au cas de la commune bruxelloise de Uccle, il est particulier. Très prisée des Français qui y voient le Neuilly bruxellois, l'entité est bien le théâtre d'une hausse des prix des biens immobiliers. Sur 10 ans, le prix des villas a grimpé de 155%. Ce sont souvent ces habitations qui sont recherchées par les ressortissants français qui viennent s'établir dans la commune. Mais cette hausse n'est rien comparée à celle enregistrée, toujours sur 10 ans, par les maisons unifamiliales: +257%. Une explosion des prix qui n'est en rien liée à l'arrivée massives de Français ou d'Européens à Uccle. L'explication est plus simple: de plus en plus de Belges qui cherchent à s'établir dans la commune se désintéressent des biens d'exception pour porter leur attention sur ce type d'habitation.

Suivez l'actualité de LaLibre.be sur nos comptes Twitter et Facebook. Et téléchargez gratuitement nos applications pour iPhone , iPad et Android, où vous pourrez également télécharger l'édition du jour.
Publicité clickBoxBanner