Volkswagen, le génie mécanique allemand

Publié le - Mis à jour le

Actualité

La voiture automobile est une invention européenne, mais c’est aux Etats-Unis d’Amérique, surtout avec les super-firmes Ford et General Motors, que la construction automobile a pris un essor extraordinaire tout au long du XXe siècle. Il y eut de nombreuses firmes produisant des voitures, des motocyclettes, des camions. Nous évoquons ici une des plus grandes.

Les origines de Volkswagen remontent à l’époque de l’ascension politique d’un certain Adolf Hitler. Nous sommes donc en Allemagne, au début de l’an 1931.

Une Allemagne humiliée par la victoire des Français, des Anglais et des Américains en 1918, une Allemagne meurtrie par une guerre perdue, mais une Allemagne qui se souvient aussi qu’elle a eu et qu’elle possède encore certains des meilleurs physiciens (Heinrich Hertz, Wilhelm Röntgen, Max Planck, Albert Einstein), chimistes (Adolphe von Baeyer, Hermann Staudinger, Fritz Haber) et ingénieurs, sans compter les musiciens et les philosophes, mais ceux-ci n’ont pas grand-chose à faire dans le monde de l’industrie et de la finance.

Et l’Allemagne possède un ingénieur de grand talent, dans l’ambiance très particulière de cette époque, Ferdinand Porsche (1875-1951), qui fonde, en janvier 1931, la société Dr. Ing. h.c. F. Porsche GmbH Konstructionsburo Für Motern. Il s’agit de concevoir et de fabriquer des voitures automobiles. A vrai dire, Porsche est né dans l’Empire Austro- Hongrois, en Bohème, et pas en Allemagne, mais c’est bien dans le pays de Goethe et de Planck qu’il s’installe, à Stuttgart. Porsche a déjà 56 ans quand il fonde son bureau d’ingénieur-conseil, et il a acquis une solide réputation de concepteur d’automobiles.

Il a notamment travaillé (depuis 1923) chez DMG (la Daimler Motoren Gesellschaft), où il a participé à l’évolution de la Mercedes. Ferdinand Porsche est davantage intéressé par les performances, par la vitesse, et il a d’ailleurs travaillé surtout sur des voitures de course ou de sport.

Quant à Adolf Hitler (un autre Autrichien qui est en Allemagne à cette époque), il a un rêve. Il en eut d’autres qui seront des cauchemars, mais celui-ci est plutôt sympathique. Il rêve que tous les Allemands possèdent soit une voiture, soit un tracteur !

Et, en 1933 - il est chancelier depuis le 30 janvier - Hitler lance un appel d’offres pour le développement et la construction d’une voiture populaire, ce qui se dit en allemand Volkswagen. La société de Porsche fait une offre, qui est acceptée, et en 1934 Ferdinand Porsche, connu pour ses voitures "haut de gamme", entreprend les études de développement d’une voiture à bas prix. En 1936, la société Volkswagen est constituée, qui va entreprendre la construction de la petite voiture voulue par le chancelier, à partir des plans et des calculs de Porsche. L’usine est inaugurée par Hitler lui-même le 26 février.

Dès cette année 1936, des prototypes de "KdF-Wagen" (KdF = Kraft durch Freude, ce qui signifie "force par la joie") sont assemblés à Stuttgart dans les ateliers de Ferdinand Porsche. La carrosserie, très caractéristique, a été développée par Erwin Komenda (1904-1966), un ingénieur autrichien. Décidément, la voiture qui symbolisera le génie mécanique allemand est d’origine très autrichienne ! La mise au point du véhicule se poursuit, et en 1938 a lieu le lancement commercial de la voiture Käfer KdF, par la société Volkswagen.

Le succès sera considérable avant-guerre et, bien plus encore, après-guerre. Le nom Käfer ("coléoptère") correspond bien à l’aspect de la petite voiture, et sera traduit en français par "coccinelle". La coccinelle est bien un coléoptère, d’ailleurs. En 1948, la société D’Ieteren obtient l’importation exclusive des produits Volkswagen pour la Belgique.

C’est une entreprise dont les origines remontent au début du XIXe siècle, avant même l’existence politique de la Belgique. En 1805, un atelier de charronnage était fondé par Joseph-Jean D’Ieteren, venant des Pays-Bas, à Bruxelles, rue de la Blanchisserie. Depuis 1930, la société D’Ieteren était l’importateur en Belgique des voitures et camions américains Studebaker.

C’est également en 1948 que Ferdinand Porsche propose au marché des voitures de sport une automobile sous son propre nom. Les Porsche seront un beau succès commercial. Ajoutons qu’en 1937, l’ingénieur Porsche avait répondu positivement à un autre appel d’offres de Hitler. Il s’agissait de construire un véhicule automobile assez différent de la Käfer. Hitler voulait que son armée dispose des meilleurs chars de combat possible, et il avait lancé un appel d’offres dont l’adjudicataire fut la société Henschel, associée à Porsche. Notre ingénieur a activement participé aux travaux de développement de l’engin, qui sera mis en service sous le nom Tigre en 1942. Un char très efficace.

En 1953, la société D’Ieteren commence l’assemblage de véhicules automobiles Volkswagen dans son usine de Forest, au sud de Bruxelles. Les coccinelles commencent à se répandre en dehors de l’Allemagne, et pas seulement en Belgique. En 1955, Volkswagen met sur le marché sa voiture Karmann- Ghia, un coupé pour les amateurs de conduite "sportive".

En 1960, la société Volkswagenwerk AG est créée. En 1961, elle lance la VW 1500, une nouvelle "coccinelle", aux lignes plus modernes, mais qui garde l’aspect du coléoptère. En 1970, la société Volkswagen Bruxelles SA est fondée par Volkswagen AG, qui a racheté l’usine de Forest à D’Ieteren.

Les années se suivent, et la coccinelle continue de se vendre, mais Volkswagen comprend la nécessité de proposer d’autres modèles au marché. En 1973, le constructeur allemand lance la Passat. En 1974, il lance la Golf. En 1975, il lance la Polo. En 1976, il lance la Golf Diesel. En 1979, il lance la Jetta.

En 1985, l’entreprise change de nom, et la Volkswagenwerk AG devient la Volkswagen AG. Le 28 novembre 2006, l’entreprise annonce la fin de la production de la Golf à Forest, ce qui émeut fortement l’opinion publique belge. On parle de la perte de 4000 emplois, sur un total de 5400. Ce "dégraissement" va bien avoir lieu, mais plus de mille emplois seront tout de même conservés.

En 2010, Volkswagen était classé deuxième constructeur automobile du monde, après le Japonais Toyota

Publicité clickBoxBanner