Vous n'allez plus au supermarché comme avant

BdO Publié le - Mis à jour le

Actualité

Tiraillés par vos habitudes, la conjoncture et la concurrence, les supermarchés ont évolué tout autant que leur marketing. Petit tour d'horizon avec quelques experts du secteur.

1.Vous êtes moins riches

La crise est passée par chez vous, et cela se voit. Comme le souligne Luc Rogge, directeur général de Colruyt, vous achetez moins à la fin du mois et les chiffres d'affaire de la chaîne le ressentent. Au niveau des produits, ce sont d'ailleurs surtout les marques nationales et internationales qui en souffrent, alors que les marques des distributeurs tirent davantage leur épingle du jeu, tout comme, au niveau des enseignes, les discounter.

Du coup, comme l'explique Peter Vandenberghe de COMEOS (porte-parole du commerce et des services en Belgique), les magasins rivalisent d'imagination pour jouer sur leurs marges et proposer les prix les plus avantageux. En définitive, ils vendent plus qu'avant, mais, paradoxalement, gagnent moins. Et c'est un fait, la guerre des prix s'est généralisée ces dernières années. Même Delhaize, qui misait essentiellement sur la qualité, s'est engagé dans la bataille.

Pourtant, ne tirons pas de trop rapides conclusions, car si l'argent reste le nerf de la guerre pour les grands magasins, il n'est pas la seule arme secrète pour conquérir des parts de marché.

2. Vous êtes plus vigilants

Vous êtes en effet bien plus exigeants que vous ne le pensez. La crise vous a rendu bien plus vigilants et le prix n'est pas votre seul critère de choix. Depuis 2008 environ, internet aidant, vous partez à la conquête des différents produits pour les comparer au niveau des prix, bien sûr, mais aussi au niveau de la qualité et de la durabilité. Cette habitude de comparer est une véritable caractéristique des clients d'aujourd'hui, comme le signale encore Luc Rogge. Bref, vous donnez du fil à retordre aux enseignes qui doivent se montrer compétitives sur différents niveaux dont la fraîcheur, la qualité, la santé et la durabilité

3. Vous êtes servis

En plus, soulignons que vous avez fameusement l'embarras du choix. Au niveau de la qualité d'abord, qui est très élevée en Belgique, mais aussi de l'offre. Nous avons, au kilomètre carré, le nombre le plus élevé de magasins en Europe de l'Ouest. Du coup, comme vous aimez comparer, vous papillonnez. Il est bien loin le temps où vous étiez fidèles à une et une seule marque. Aujourd'hui, vos habitudes se partagent entre deux à trois enseignes différentes. Encore un défi à relever pour ces dernières qui mettent en place tous les moyens possibles et imaginables pour vous fidéliser (cartes de fidélité...).

Et du coup...

...pour survivre les magasins doivent rivaliser d'ingéniosité, car la concurrence est de plus en plus difficile. Comme nous le disions, ils doivent jongler entre la qualité, les prix, la durabilité, le bio, la fraîcheur et la... proximité. Voici encore une nouvelle caractéristique de notre époque. Vous avez bien souvent la flemme de faire de nombreux kilomètres en voiture pour effectuer des courses d'appointements. Du coup, les commerces de proximité retrouvent leur bonne vieille santé d'antan. "La proximité est une tendance nouvelle. On se fait à la fois plus proches des clients mais aussi de leurs demandes", nous explique Jean-Philippe Ducart de Test Achat. "Carrefour investit dans des Carrefour Express, Colruyt dans ses Okay tout autant que dans Spar (leurs indépendants) et les Bio-planet qui répondent à cette soif de bio." On rajoutera que de plus en plus de magasins s'ouvrent tard (voilà ce qui condamne les City Delhaize pas assez souples au niveau de leurs heures d'ouverture).

Cibler, diversifier ses produits et ses magasins, jouer sur les prix, miser sur la qualité... Voici les nouveaux objectifs de vos magasins. La concurrence a bel et bien fait son œuvre et leur image de marque est un peu plus floue qu'avant. Vous n'y êtes sans doute pas pour rien.

Publicité clickBoxBanner