Auto

Il y a deux jours, le gouvernement allemand intimait au constructeur Porsche la consigne de rappeler 22 000 Cayenne 3L TDI afin de rectifier un logiciel qui fausse les données des émissions polluantes. Le problème est donc semblable à celui qui a déclenché le dieselgate le 18 septembre 2015. L'importateur D'Ieteren communique ce mardi soir « qu'environ 400 de ces véhicules sont concernés en Belgique. » D'après des données fournies par Febiac, Fédération belge de l'automobile et du cycle, en collaboration avec le SPF Mobilité et Transport, « fin juin de cette année, le parc automobile belge comptait exactement 3 175 Porsche Cayenne diesel », ce qui ramène le nombre de véhicules concernés par le logiciel fraudeur à un peu plus de 10 % du parc belge.

Selon Jean-Marc Ponteville, porte-parole du groupe D'Ieteren, un moteur évolue d'année en année, « et ce n'est pas forcément le même d'une année à l'autre, accouplé par exemple à une boîte de vitesse différente. » De plus, en Cayenne, la part des hybrides essence-électrique est aussi importante en Belgique.

Quoi qu'il en soit, une procédure de mise à jour du logiciel incriminé va être mise au point par Porsche AG et le KBA, autorité fédérale d'homologation allemande. « D'Ieteren Auto va informer, dans les plus brefs délais, ses clients concernés », dit le communiqué. Ceux-ci seront contactés par courrier personnalisé et appelés à se rendre dans une concession officielle pour mettre le logiciel en conformité. Le constructeur allemand prend évidemment en charge tous les frais.

« Une dizaine de Porsche Cayenne diesel sont encore en commande. Leur livraison ne sera effectuée qu'une fois l'update technique réalisé, selon les instructions du KBA. »

Il faut aussi rappeler que le même moteur V6 3 litres diesel équipe la Porsche Panamera, dont 825 unités circulent sous immatriculation belge. Mais, jusqu'à présent, aucune consigne du gouvernement allemand n'a été donnée à ce sujet.