Auto

Avec 148 premières mondiales et européennes, le Salon de Genève confirme son statut de plus important événement automobile de l'année. Il s'est ouvert au public jeudi, jusqu'au 19 mars et attend quelque 700.000 visiteurs du monde entier. Le segment SUV a plus que jamais la cote.


148 premières mondiales et européennes

Le Salon de l’automobile de Genève continue de faire des jaloux, car il est celui qui présente le plus de nouveautés au monde. C’est comme si un aimant agissait, depuis les bords du lac Léman, pour attirer les carrosseries les plus chatoyantes, les technologies les plus avant-gardistes, les moteurs les plus puissants et efficients.

Plusieurs constructeurs sont prêts bien avant pourtant, comme l’indiquent les nouveautés cachées du Salon de Bruxelles, présentées en stoemelings à une clientèle privilégiée et ciblée. Il en allait ainsi de la nouvelle Insignia, la grande berline qui a signé le renouveau d’Opel il y a quelques années. Stylée, imposante, presque statutaire sans être arrogante, la nouvelle Insignia était visible pour quelques-uns à Bruxelles, avant de trôner comme première mondiale à Genève cette semaine.

Toujours le SUV, encore le SUV

Le segment où les nouveautés pullulent est le plus porteur actuellement : en passe d’atteindre 30 % du marché européen, le SUV a la cote. C’est par cette voie que PSA espère sortir sa marque de luxe du marasme, en présentant le DS7 Crossback. Chez Citroën, le C-Aircross Concept va remplacer le C3 Picasso passé de mode. Comme pour préfigurer l’union programmée, Opel suit le mouvement : son Crossland X va remplacer le monovolume Meriva, lui aussi dépassé. Stratégique aussi pour Volvo, le nouveau XC60 apparaît comme un XC90 en réduction, donc réussi.

Soucieux de compléter sa gamme, Range Rover vient placer le Velar entre l’Evoque à succès et le Range Sport. Dans le même groupe, Jaguar dévoile son I-Pace tout électrique. Spécialiste du genre, Mitsubishi la joue compact avec le nouvel Eclipse Cross, stratégique pour la marque.