Auto Selon L'Agence Américaine de l'Energie (EIA), l'impact énergétique des voitures électriques a été surestimé.

L'Agence Américaine de l'Energie a publié un rapport au début de cette semaine qui se concentre sur les prévisions des voitures électriques et sur l'impact des énergies fossiles. Selon ce rapport, il faudra encore plusieurs décennies avant de voir les conséquences des voitures électriques sur notre consommation d'énergie.

Dans le scénario de base de l'EIA, environ 1 véhicule sur 7 sera électrique en 2040, ce qui se chiffrerait à 14% du marché automobile. En comparaison, pour l'instant environ 2 millions de voitures sont électriques, ce qui représente moins d'un pourcent du parc automobile. Ce qui est le plus intéressant c'est d'analyser l'impact que cela aurait sur la demande de pétrole. Dans ce scénario de base, malgré la croissance des autos électriques, la demande en pétrole devrait augmenter durant les 25 prochaines années autour des 14%. 

A contrario, dans le scénario le plus optimiste où les véhicules électriques représenteraient environ 25 % du marché, la demande en pétrole serait encore plus élevée de 12 millions de barils par rapport à aujourd'hui. 

David Duchi, un spécialiste de la question travaillant pour la CBC, a rappelé aussi pour le Standaard que la voiture électrique ne serait pas opérationnelle dans tous les secteurs rapidement. "L'élecritication des voies naviguables, des transports aériens, ferroviaires et des camions n'est pas encore pour demain", souffle-t-il. "Les voitures électriques ne vont pas encore faire tomber l'hégémonie du pétrole".