Auto

C’est l’autre grand thème qui influencera l’avenir de la mobilité : la voiture autonome.

Grâce à elle, une partie du trafic va être mieux canalisé, une autre forme d’autopartage et de taxis va se mettra en place, des espaces de parking, où il ne sera plus nécessaire d’ouvrir des portes latérales, vont être mieux utilisés et de nouveaux services en termes de confort et de sécurité vont être proposés. Et, à terme, la circulation se fera, en partie du moins, sans conducteur.

On peut discuter sur les choix stratégiques et les investissements ou s’interroger sur de multiples incertitudes liées à la maîtrise de la technique ou au respect des législations. Mais ces paramètres qui vont influencer la mise en pratique et les échéances dans le temps ne remettront pas en cause le principe. Ils sont par contre capables de réorienter des choix. L’exemple le plus récent vient de Google dont l’organisation faîtière Alphabet a marqué à la mi-décembre son opposition inattendue à la « Google Car » autonome en cours de test et dont on a fait grand cas ces dernières années. En cause, les trop nombreuses contraintes liées à cette voiture sans volant ni pédales.

« Quand on s’est mis en tête d’atteindre la lune, il est normal de corriger de temps en temps le tir dans une autre direction », a déclaré Ruth Porat, directrice financière d’Alphabet. Une allusion aussi aux coûteux investissements de Google dans la recherche : 3,6 milliards pour le seul troisième trimestre 2016, soit 16% de son chiffre d’affaires !


Vous comptez acheter une nouvelle voiture ? Vous trouverez sur www.manouvellevoiture.be un guide complet des informations importantes à savoir avant d’effectuer votre achat.