Auto Scandales en série et ventes en baisse : rien ne va plus pour la voiture diesel !

Chaque jour ou presque apporte son lot de révélations. Le constructeur haut de gamme allemand Audi a annoncé, vendredi, le rappel volontaire de jusqu’à 850 000 véhicules diesel pour abaisser leurs émissions polluantes, quelques jours après une démarche similaire de son concurrent Daimler, par ailleurs soupçonné, selon la presse, d’avoir manipulé un million de voitures. Pour Audi, il s’agit officiellement d’installer un nouveau logiciel sur les moteurs afin d’améliorer "le comportement de [leurs] émissions dans les conditions réelles de conduite".

Soupçons de cartel

Dans le même temps, l’hebdomadaire allemand "Der Spiegel" affirme que Volkswagen, Audi, Porsche, BMW et Daimler ont formé un cartel dès les années 1990. Objectif : se concerter, notamment sur la réduction des émissions polluantes des voitures diesel, ce qui constituerait une infraction au droit de la concurrence. Selon le magazine, quelque soixante groupes de travail, ayant rassemblé plus de 200 salariés, se seraient penchés sur tous les domaines du développement de la voiture, les moteurs diesel et essence, les freins, l’embrayage et la transmission, et auraient discuté du choix des sous-traitants et des prix. Un volet de plus dans un feuilleton judiciaro-industriel qui n’en finit pas.

Volkswagen, à l’origine du scandale des moteurs diesel truqués, reste confronté à de multiples poursuites judiciaires dans le monde.

Depuis, plusieurs constructeurs sont soupçonnés d’avoir joué avec les règles pour que les émissions polluantes ne soient pas réduites en permanence. Face aux irrégularités et aux atermoiements des autorités nationales ou des constructeurs, les instances européennes sont à bout de patience. La commissaire européenne à l’Industrie Elzbieta Bienkowska vient de demander par courrier aux Etats de l’UE de faire en sorte que les véhicules diesel qui n’auraient pas été remis aux normes d’ici la fin de cette année soient retirés de la circulation.

C’est trop injuste…

Ce climat pesant inquiète le consommateur final, ce qui se traduit par un désamour pour les voitures roulant au gazole. Au premier trimestre de cette année, la part de marché des véhicules diesel a reculé de 2,5 points, selon la fédération européenne de l’automobile ACEA. Plusieurs municipalités en Europe, et notamment en Allemagne, ont déjà décidé ou veulent interdire au moins partiellement les voitures utilisant ce carburant.

Le patron du géant Volkswagen dénonce, lui, une "campagne intense" en cours contre les moteurs diesel, responsable à ses yeux du recul du marché. "On est injuste avec le diesel, estime-t-il dans une interview publiée vendredi par le quotidien suisse "Neue Zürcher Zeitung", (car) les nouvelles générations de diesel sont très bonnes".

L’hallali concernant le diesel n’est pas non plus du goût de la Commission européenne. "Les restrictions faites en zones urbaines sur les véhicules devraient être d’abord basées sur les émissions et non pas uniquement sur le type de carburant", a indiqué à l’AFP un porte-parole de la Commission.