Auto Renault a trop joué avec les chiffres de ses immatriculations et perd sa place de leader.

Non, Renault n’est pas la marque qui a réalisé le plus d’immatriculations en Belgique en 2016, comme l’indiquaient les chiffres publiés en tout début janvier. Ces données n’avaient pas encore intégré ce qu’on appelle, en jargon, les désimmatriculations endéans le mois après la première immatriculation. Grâce au correctif apporté par Febiac et le SPF Mobilité, Volkswagen récupère sa couronne de marque la plus populaire en Belgique.

1. Radiations à bref délai. En soi, le phénomène est naturel : l’on peut immatriculer et radier rapidement un véhicule pour la location à très court terme, ou pour des voitures données à l’essai aux journalistes par les importateurs, aux clients par les distributeurs, etc. Mais, de ce système, il y en a qui abusent, des petits filous comme Renault, reconnu champion de la spécialité, et ce afin de faire du chiffre. Effectivement, entre les 55 871 immats revendiquées début janvier dernier, lors d’un premier bilan annuel, et les 47 675 immats expurgées des désimmats, il y a une sacrée marge, qui n’est pas à l’honneur de la marque au losange. Le comble, c’est qu’en données corrigées, Renault réalise une bien meilleure performance en termes de progression. Elle était de 11,65 %, elle est de 33,65 % en excluant les désimmatriculations.

Le phénomène engendre d’autres modifications dans le classement, surtout entre marques séparées d’un fifrelin d’unités, comme Ford et Citroën, respectivement huitième et neuvième en incluant les désimmats, et l’inverse sans. Ce réajustement des calculs permet à Toyota de récupérer sa treizième place, car Dacia, groupe… Renault, a aussi chipoté avec les chiffres, annonçant au départ quasi 2 000 immatriculations de plus que la réalité.

Fiat n’est pas mauvais non plus dans l’exercice de la désimmatriculation trop rapide pour être fiable, mais ne perd pas de place au classement épuré. Par contre, sa marque Jeep se fait du coup coiffer par Mitsubishi ! Hyundai a, quant à lui, annoncé 2 700 voitures de plus que ce qui était immatriculé de façon régulière.

Il n’empêche, ces chipotages entachent les résultats globaux de la distribution automobile en Belgique, où l’on n’a pas immatriculé 539 516 véhicules automobiles (+7,67 %) comme annoncé précédemment, mais bien 519 755 (+10,4 %), ce qui est somme toute une plus belle progression ! Et pour du vrai cette fois.

2. Les gagnants. Les nouveaux chiffres publiés par Febi ac et le SPF Mobilité ne modifient cependant pas fondamentalement les tendances. La première, remarquable en Belgique, est le statut des voitures de luxe : BMW, Mercedes-Benz et Audi sont dans le top 10, du jamais vu ailleurs dans le monde, qui s’explique par l’existence des voitures salaire. Du trio germanique, alors qu’Audi stagne quasi, Mercedes réalise la plus belle progression. Ce n’est pas pour rien que l’étoile est à nouveau numéro 1 mondial du haut de gamme.

Les autres tendances s’expliquent par la bonne santé des marques qui investissent dans les nouveaux modèles, et la cohérence de leur gamme. On saluera ainsi le retour d’Opel et de Honda, le beau travail de renouvellement effectué par Mazda et les bons choix de Jaguar se développant dans la berline moyenne (XE) et le SUV (F-Pace), segment le plus porteur toutes catégories confondues. Jeunesse et homogénéité de gamme expliquent aussi la remarquable et bien réelle performance de Renault !

3. Electrique. De son côté, Tesla stagne, tout en restant le meilleur pourvoyeur de véhicules 100 % électriques. Alors que le marché européen glisse, la Belgique croît de 50 % sur ce type de véhicule, ce qui ne donne malgré tout pas plus de 2 055 immatriculations en 2016. Après Tesla, Nissan Leaf, BMW i3 et Renault Zoé occupent le terrain.

4. Janvier 2017. Les premiers résultats de cette année sont excellents (51 701 immatriculations, +16,64 %), sans que l’on puisse parler d’effet Salon de l’Auto puisque les véhicules commandés alors ne seront enregistrés que dans les semaines et les mois à venir. A noter, comme l’an dernier, la performance de BMW, en tête des immatriculations en Belgique avec 4 559 unités soit 50 de plus que son dauphin, Volkswagen. Les progrès bénéficient à l’ensemble des marques, sauf DS en panne de renouvellement et Lancia, sacrifié par Fiat Chrysler Automobiles.


Immatriculions de décembre 2016 par marque en Belgique

(tenant compte des désimmatriculations endéans les 30 jours après la première immatriculation)

(Source : Febiac)