Auto

Un consommateur belge sur deux (50%) considère que les voitures autonomes ne sont pas sûres, selon une enquête internationale publiée jeudi par le cabinet d'audit Deloitte. Un an plus tôt, ils étaient 69% à se méfier. "Le taux d'adoption de la technologie des véhicules autonomes augmente très vite en peu de temps", commente Eric Desomer, de Deloitte Belgique. "Cependant, les voitures sans conducteurs n'en sont encore qu'au stade expérimental et l'industrie n'en est qu'au tout début d'un long cycle d'investissement, nécessaire pour amener la technologie des véhicules autonomes sur le marché grand public." Au niveau mondial, les Mexicains sont ainsi les moins méfiants (22%).

Pour se rassurer, la majorité des consommateurs belges se tourneraient vers des marques reconnues dans l'hypothèse de l'adoption de technologies autonomes. Ainsi, 58% des consommateurs belges (contre 42% en 2017) indiquent qu'ils rouleraient probablement dans un véhicule autonome, pour autant qu'il s'agisse d'une marque dans laquelle ils ont confiance.

Enfin, la plupart des consommateurs belges (64%) préfèrent toujours un moteur essence ou diesel, selon ce sondage. Seuls 23% disent qu'ils choisiront un moteur hybride pour leur prochain véhicule. L'essence recueille la préférence du consommateur belge (43%), alors que la cote du diesel est en baisse, à 21%. Au niveau mondial, les Chinois sont les plus ouverts aux nouvelles motorisations. Seuls 39% des consommateurs y indiquent une préférence pour l'essence ou le diesel.

Pour cette enquête, Deloitte indique avoir interrogé plus de 22.000 consommateurs dans 17 pays.