Auto

Quelque 3.000 diesels "truqués", présentant quelques problèmes techniques, doivent à nouveau prendre la direction du garage en Belgique après la mise à jour de leur logiciel, rapportent mercredi L'Echo et De Tijd. Des problèmes ont été constatés au niveau du système de refroidissement EGR, qui fait en sorte que les gaz d'échappement sont renvoyés vers la chambre de combustion pour faire baisser la température et de ce fait réduire les émissions d'azote (NOx). "Dans près de 1% des cas, nous avons constaté un problème après la mise à jour du logiciel", a confirmé le porte-parole de l'importateur belge D'Ieteren, Jean-Marc Ponteville. Après la mise à jour du logiciel, ce système est utilisé de manière plus intensive, ce qui provoque une usure plus rapide de la soupape EGR ou son blocage par des particules de suie.

Selon D'Ieteren, le problème survient surtout avec les voitures qui ne sont pas régulièrement entretenues ou qui présentent d'autres problèmes. D'après plusieurs dealers, les dommages constatés sont la conséquence d'une usure normale, et non de la mise à jour du logiciel.

"La valve EGR présentait déjà des problèmes", explique un dealer. "Cette soupape est un point faible dans toutes les voitures. Toutes les marques sont confrontées au même problème", explique un dealer.

Sur son site spécial dédié au dieselgate, D'Ieteren a entre-temps publié une liste de onze pièces du système de recirculation des gaz d'échappement pour lesquelles la garantie a été prolongée de deux ans. L'importateur souligne que les clients lésés ne devront rien payer pour les réparations effectuées après la mise à jour.