Auto

Le sait-on ? Uber, la start-up de location de voiture avec chauffeur, est très active en Californie dans un centre de recherche en robotique afin d’utiliser ses compétences dans la maîtrise des futures voitures autonomes. Des tests sont même en cours dans les routes de la région de Pittsburgh. Uber est donc plus que cette gigantesque plate-forme faisant concurrence aux taxis traditionnels dans plus de 400 villes et 70 pays où elle compte près de 30 millions de clients.

Depuis la mi-octobre, UberPop a été remplacé à Bruxelles par Uber X qui fait appel à des chauffeurs professionnels disposant d’une voiture de moins de 7 ans, assurés pour des activités commerciales et soumis aux mêmes normes (lois sociales, impôts des personnes physiques, TVA) que les chauffeurs de taxi ayant un statut d’indépendant. Ce service est évidemment plus cher que celui proposé antérieurement et regroupe beaucoup moins de chauffeurs à l’heure actuelle mais il opère dans un cadre légal et repose toujours sur le même principe : la connexion directe et en temps réel entre le chauffeur et le client.

Selon The Economist, l’objectif d’Uber est de rendre le coût au kilomètre du covoiturage tellement intéressant qu’il deviendrait dans un certain nombre de villes américaines inférieur à celui de sa propre voiture, incitant à s’en débarrasser ! Le développement de la voiture autonome, d’abord aux Etats-Unis où la configuration des routes est plus favorable, s’inscrit dans cette stratégie, même au risque de rendre un jour obsolète Uber X qui est sa principale source de revenus. Dans l’immédiat, Uber investit, par exemple, dans la cartographie pour améliorer le délai de prise en charge et proposer à ses clients de meilleurs trajets. La société est aussi très active dans la livraison des marchandises et, notamment, de repas. Et pour devancer ses concurrents (des constructeurs traditionnels comme BMW, Volvo ou Tesla, mais aussi Google) sur le futur marché de la voiture autonome, Uber a levé des capitaux auprès de différents investisseurs et dispose déjà d’un matelas de 9 milliards de dollars !