Conjoncture

Alors que le baril de Brent avait atteint un sommet annuel de 86,74 dollars le 3 octobre dernier, il est aujourd’hui retombé aux alentours de 60 dollars, une chute supérieure à 30 %. Plusieurs éléments expliquent cette dégringolade du cours de l’or noir. L’Arabie saoudite, la Russie et les États-Unis ont profité des prix élevés du brut pour produire à des niveaux records. "Ces trois pays font plus que compenser les baisses enregistrées en Iran et au Vénézuela", estimait l’Agence internationale de l’énergie (AIE), dans sa dernière analyse mensuelle. C’est dans ce contexte d’offre mondiale abondante que l’allégement des sanctions américaines contre le secteur pétrolier iranien a fait chuter les prix du brut.