Conjoncture Nous l'évoquions lundi, les producteurs d'oeufs de plein air subissent de plein fouet la crise de la grippe aviaire. A cause du confinement obligatoire de leurs poules, ils ne peuvent plus vendre leurs oeufs en catégorie 1 (plein air). Les oeufs sont déclassés en catégorie 2 (poules élevées au sol), avec un manque à gagner hebdomadaire pour les éleveurs allant de 2 à 3000 euros en moyenne.
René Collin, le ministre wallon de l'Agriculture (CDH) avait proposé, le 16 février, à son homologue flamande et à la grande distribution un étiquetage spécial à apposer sur les boîtes d'oeufs, signalant aux consommateurs qu'ils achètent en fait des oeufs de plein air et rappelant la mesure de confinement des volailles en cours. Un accord est survenu ce mardi. Un logo est en cours de production et on devrait le retrouver sur les boîtes d'oeufs cette semaine partout en Belgique et sans doute dans toutes les grandes surfaces.

Précisons que Delhaize, dès le début de cette problématique, avait mis en place un étiquetage spécifique. Les boîtes plein air ont été gardées et une étiquette mentionne que, temporairement, ce sont des œufs au sol.