Conjoncture

Le Canada a annoncé jeudi qu'il ripostait aux tarifs décidés par Washington sur l'aluminium et l'acier en imposant 16,6 milliards de dollars canadiens de taxes (12,8 milliards de dollars américaines) sur des produits américains.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a affirmé lors d'une conférence de presse que les tarifs douaniers américains confirmés plus tôt dans la journée étaient "totalement inacceptables".

"Ces tarifs sont un affront au partenariat de sécurité existant de longue date entre le Canada et les Etats-Unis, et en particulier, un affront aux milliers de Canadiens qui ont combattu et ont péri aux côtés de leurs frères d'armes canadiens", a-t-il ajouté, notant que les Etats-Unis avait justifié leur décision par une volonté de protéger leur "sécurité nationale".

Les tarifs douaniers canadiens, qui sont proportionnels à ceux des Américains selon la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, porteront sur les importations américaines d'acier et d'aluminium, ainsi que sur des biens de consommation.

Parallèlement, Ottawa prévoit de contester la décision américaine dans le cadre de l'accord de libre-échange nord-américain Aléna et auprès de l'Organisation mondiale du commerce, a affirmé M. Trudeau.

=> "Un jour sombre" et d'autres à venir, déplorent Didier Reynders et Geert Bourgeois

=> Edito éco: Trump invente le “lose-lose deal”

Le Canada entend convaincre Washington de revoir sa décision

Le G7 Finances va être essentiellement consacré au commerce et le Canada va tenter de convaincre les Etats-Unis de reconsidérer leur décision d'imposer de nouveaux tarifs sur l'acier et l'aluminium, a déclaré le ministre canadien des Finances.

Jeudi soir, au cours du dîner des ministres des Finances auquel participera le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, "je vais clairement signifier notre désaccord avec les décisions qui ont été prises", a déclaré Bill Morneau lors d'une conférence de presse.

"Je m'attends à ce que nos alliés autour de la table expriment le même point de vue. Nous essaierons donc d'avancer (...) pour encourager (les Américains) à revenir sur leur décision qui n'est dans l'intérêt de personne", a-t-il ajouté.

Dans le sillage du Premier ministre canadien Justin Trudeau et de sa ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, il a également estimé "absurde" de motiver la décision d'imposer des tarifs par des impératifs de protection de sécurité nationale, le Canada ne représentant pas "un quelconque risque pour la sécurité" des Etats-Unis.

Interrogé sur les thématiques de ce G7 après la décision américaine, il a souligné qu'il était impossible de concevoir la tenue de cette réunion sans évoquer le commerce.

Cette rencontre du G7 Finances avait pour slogan initial "Investir dans la croissance économique qui profite à tout le monde", ou "comment assurer que la croissance ne bénéficie pas qu'à quelques uns, comment mieux inclure les femmes", et "malheureusement nous devons parler de tarifs", a-t-il également déclaré.

Il a enfin souligné que "les taxes douanières ne font aucun sens sur le plan économique. Elles sont nuisibles aux Canadiens, elles sont nuisibles aux Américains".