Conjoncture

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a estimé jeudi, quelques jours après une réunion à Washington, que le risque d'un regain de protectionnisme commercial de la part des Etats-Unis s'était "peut-être quelque peu estompé".

"Nous pourrions dire (...) que peut-être le risque de protectionnisme commercial peut s'être quelque peu estompé", a déclaré lors d'une conférence de presse Mario Draghi, interrogé sur les enseignements sur la politique américaine tirés de la réunion du G20 Finances il y a quelques jours à Washington.

Le président de la BCE a toutefois reconnu ne "pas vraiment" être sorti de cette réunion en y voyant plus clair sur la politique du gouvernement de Donald Trump, jugeant "qu'il serait pour l'heure prématuré de réagir ou de prendre des décisions sur la base des politiques à venir de l'administration américaine".

Les grands argentiers des principales puissances économiques ont quand même semblé mettre quelque peu en sourdine vendredi, à Washington, des divergences sur le commerce en s'accordant sur les dangers du protectionnisme. Lors d'une réunion précédente, en mars en Allemagne, les ministres des Finances du G20 n'avaient au contraire pas réussi à se mettre d'accord sur ce point, principalement avec le nouveau secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin.

Le président américain Donald Trump a dès son entrée en fonction menacé d'élever des barrières commerciales et dénoncé le libre-échange, retirant d'emblée les Etats-Unis de l'accord transpacifique (TPP) mais depuis, les positions de son administration se sont faites moins précises.

Mercredi soir, la Maison-Blanche a indiqué prévoir une renégociation rapide du traité de libre-échange nord-américain Alena, même si Donald Trump a de nouveau menacé d'une sortie du traité si les Etats-Unis n'obtenaient pas d'"accord équitable".