Conjoncture

Les signalements effectués par les banques auprès de la cellule anti-blanchiment se sont multipliés ces dernières années, écrivent L'Echo et De Tijd mercredi. L'an dernier, les banques ont signalé 8.662 transactions ou comptes suspects à cette cellule, sur un total de 27.264 déclarations qui lui sont parvenues, révèle son nouveau rapport annuel. Les agents de change sont la plus importante source de dénonciations, avec 9.392 signalements, mais du côté des banques la hausse est spectaculaire. Il y a six ans, leur nombre n'atteignait même pas la moitié du chiffre actuel: 3.831 dossiers, selon les quotidiens. Les autres dénonciateurs d'importance en 2016 étaient bpost (1.118) et les notaires (1.049).

Selon Isabelle Marchand, porte-parole de Febelfin, "ces chiffres montrent le rôle crucial du secteur financier dans la lutte contre le blanchiment". D'ailleurs, "90% des dossiers qui aboutissent au tribunal proviennent des déclarations des banques".

La cellule anti-blanchiment a ouvert un nombre record de 9.360 dossiers l'an dernier. 831 dossiers au tribunal ont été présentés au tribunal, dont de nombreux dossiers liés au terrorisme.