Conjoncture

Le volet agricole de l'accord de libre-échange avec les pays du Mercosur (Paraguay, Uruguay, Argentine, Brésil) "n'est pas acceptable dans son état actuel", a estimé mardi matin le Premier ministre Charles Michel à quelques heures d'une réunion entre les négociateurs sud-américains et les commissaires européens à Bruxelles. 

Le Premier ministre a écrit au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour lui faire part de ses inquiétudes. "Le Premier ministre a eu une concertation sur le sujet avec (le ministre-président wallon) Willy Borsus et il a de sérieuses réserves sur le volet agricole qui, dans l'état actuel, n'est pas acceptable", a indiqué le cabinet de Charles Michel mardi matin. Le Premier ministre "défend une mondialisation équitable pour nos agriculteurs et soutient un libre-échange avec des règles", précise-t-il.

Les commissaires européens à l'Agriculture Phil Hogan et au Commerce Cecilia Malmström reçoivent ce mardi à Bruxelles les négociateurs des quatre pays du Mercosur pour continuer les négociations en vue d'arriver à un accord.

Charles Michel a écrit à Jean-Claude Juncker pour faire part de ses points d'inquiétude, et a demandé que le point soit évoqué au prochain Conseil européen.