Conjoncture

Le ministre de l'Agriculture tire un premier bilan positif de sa mission économique dans la capitale chinoise : une première ouverture a été obtenue pour l'exportation de bœuf, mais aussi de volaille. Quant au porc, de nouveaux abattoirs devraient recevoir le droit d'exporter leurs produits en Chine, avec notamment, une autorisation particulière pour le pied de porc.

Un début d'ouverture du marché chinois au processus d'exportation du bœuf et de la volaille belge en Chine. Et un accroissement futur des quantités en ce qui concerne le porc. C'est ainsi que l'on pourrait résumer le bilan de la visite de Denis Ducarme (MR), ministre de l'Agriculture, et de membres de l'AFSCA (agence fédérale de la sécurité alimentaire), en Chine. « « L'élément fort de cette visite à Pékin, c'est la confirmation de l'ouverture de la Chine à l'exportation de produits agricoles belges. On est en train d'ouvrir ce marché à notre bœuf et à notre volaille. Il représente tout de même 1,4 milliard d'habitants », résume Denis Ducarme. « Je tiens aussi à mettre en avant l'excellent travail de l'AFSCA qui joue un rôle cruciale pour nous permettre de conquérir de nouveaux marchés internationaux. »