Conjoncture

La taxation voulue par Donald Trump sur les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis fait des remous. Sans décisions claires, les différentes parties - Etats-Unis, Chine, Union européenne principalement - font le gros dos, en espérant tirer leur épingle du jeu. Mais les marchés risquent de pâtir de cette situation instable.

La Chine a annoncé ce jeudi des mesures antidumping visant des importations de caoutchouc synthétique provenant des Etats-Unis, de l'UE et de Singapour, tandis que Pékin assurait n'avoir toujours pas de discussions avec Washington sur l'escalade de leurs tensions commerciales. Une enquête préliminaire a conclu que les exportations américaines, européennes et singapouriennes de caoutchouc utilisé pour la fabrication d'articles de consommation courante faisaient l'objet de "dumping", causant "un tort substantiel" à l'industrie locale, a indiqué dans un communiqué le ministère chinois du Commerce.

En conséquence, à partir de vendredi, les entreprises chinoises importatrices des produits visés devront verser auprès des douanes une caution à la hauteur des marges de dumping estimées (entre 26% et 66,5% de la valeur importée), censée couvrir d'éventuelles taxes antidumping à venir.

Cette "sanction temporaire" intervient alors que le spectre d'une guerre commerciale sino-américaine s'est récemment rapproché, le président Donald Trump menaçant d'imposer des droits de douane sur 150 milliards de dollars d'importations chinoises, tandis que Pékin promet des représailles proportionnées.

Des contradictions dans les négociations

Le ministère chinois du Commerce a pourtant affirmé ce jeudi que des pourparlers n'étaient pour l'heure pas engagés entre les deux puissances sur leurs différends commerciaux - contredisant Donald Trump, qui s'était à l'inverse félicité la semaine dernière de "formidables discussions" avec Pékin sur le sujet.

"Les deux pays n'ont pas engagé de négociations bilatérales sur l'enquête des Etats-Unis" concernant les pratiques chinoises en matière de propriété intellectuelle, "pas plus que sur la liste américaine de produits chinois susceptibles d'être taxés", a martelé Gao Feng (photo), porte-parole du ministère chinois.

"Nous espérons que les Etats-Unis ne sous-estimeront pas notre détermination" à contre-attaquer, a martelé Gao Feng lors d'une conférence de presse.

Les Etats-Unis fournissent près de 30% des importations chinoises de caoutchouc synthétique et de ses dérivés, pour un montant s'élevant à environ 153 millions de dollars l'an dernier, selon les douanes chinoises.

Aux États-Unis, les tarifs douaniers inquiètent, les prix montent

Les industriels se montrent inquiets de la guerre des tarifs commerciaux entamée par l'administration Trump, selon un rapport de conjoncture de la Réserve fédérale publié ce mercredi. La prochaine réunion de la Fed, le 1er et 2 mai, devrait permettre d'y voir plus clair.

Le rapport indique que divers secteurs constatent des fortes hausses des prix de l'acier et de l'aluminium, probablement en anticipation par rapport à l'annonce de Donald Trump sur la taxation qu'il souhaite mettre en place sur les importations de ces matériaux.. Le cours de l'acier sur le Nymex affiche d'ailleurs une hausse constante ces derniers mois.

Aucune concession, côté UE

"Nous attendons d'être exemptés de façon permanente et sans conditions", a pour sa part déclaré Cecilia Malmström, commissaire européenne au Commerce, mercredi, en réponse aux menaces américaines.

L'ombre de la guerre commerciale s'étend, et la lumière sur les décisions précises prises par chacune des parties se fait de plus en plus attendre.