Conjoncture Le projet de directive européenne en faveur d'une plus grande transparence fiscale des multinationales est quasi mort et enterré.

C'est l'histoire d'un enterrement européen de première classe. Au départ, pourtant, ce parlement européen que l'on disait sclérosé, à la botte du Conseil de l'Europe (les chefs d'Etat), prenait le scandale des Panama Papers - l'un des nombreux scandales d'évasion fiscale des dernières années – à bras-le-corps. Et mettait sur la table, avec l'aide préalable de la Commission européenne, un texte prometteur visant à permettre la taxation des activités de sociétés là où elles sont générées.

(...)