Conjoncture

L'actuelle présidente de la Banque centrale américaine, Janet Yellen, quittera ses fonctions à l'expiration de son mandat de présidente en février et ne continuera pas à siéger comme gouverneure, a annoncé la Fed lundi.

Le président américain Donald Trump avait décidé au début du mois de la remplacer à la tête de la Fed par Jerome Powell au terme d'un premier mandat de quatre ans. Mais son mandat de gouverneur courait, lui, jusqu'en 2024.

La Fed a publié la lettre de démission de Mme Yellen, 71 ans, dans laquelle elle indique avoir "l'intention de démissionner du Conseil des gouverneurs du système de Réserve fédéral" à la date "de la prestation de serment de mon successeur comme président".

Cette passation de pouvoir devrait intervenir d'ici le 3 février, terme prévu de son mandat de présidente.

"Alors que je me prépare à quitter le Conseil des gouverneurs, je suis heureuse que le système financier soit beaucoup plus solide qu'il y a une décennie, davantage capable de résister à des périodes d'instabilité et en mesure de continuer à répondre aux aspirations des ménages et des entreprises américaines", a souligné Mme Yellen dans sa lettre.

Elle avait été nommée en février 2014 présidente par Barack Obama, un démocrate, alors que Donald Trump est un républicain.

"La Banque de réserve fédérale a été, et reste, une institution solide, attachée à remplir sa mission essentielle avec intégrité, professionnalisme et de manière non-partisane", a-t-elle ajouté.

"Je suis sûre que mon successeur comme président, Jerome Powell, est profondément attaché à cette mission et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour assurer une transition harmonieuse", a assuré la présidente sortante.

M. Powell est lui-même déjà gouverneur de la Fed mais est proche du parti républicain, quand bien même nommé par Barack Obama en 2011.

Dérégulation

Le départ de Mme Yellen va accroître la possibilité pour M. Trump d'influer sur la composition du Conseil des gouverneurs de la Fed. Sur les sept sièges qui le compose, trois sont actuellement vacants et un quatrième va donc être libéré avec le départ de Janet Yellen. Un des membres actuels, Randal Quarles a déjà été nommé par M. Trump et a pris ses fonctions en octobre.

Les membres du Conseil sont désignés par le président des Etats-Unis et confirmés par le sénat pour un mandat de 14 ans qui ne peut être reconduit.

Outre Mme Yellen, le vice-président du Conseil, Stanley Fischer, avait également quitté ses fonctions en cours de mandat le mois dernier.

L'administration Trump s'est engagée dans un vaste mouvement de dérégulation financière, revenant sur de nombreuses mesures prises après la crise financière de 2008.

Parmi les raisons qui ont été invoquées pour inciter M. Trump à ne pas renommer Janet Yellen à la tête de la banque centrale américaine figure un discours qu'elle a prononcé en août dernier lors du séminaire des banquiers centraux de Jackson Hole (Wyoming, ouest) dans lequel elle défendait cette régulation et mettait en garde contre les dangers de la réduire.