Conjoncture

Entre 2006 et 2016, ce sont l'Autriche et la Belgique qui ont enregistré les plus fortes hausses, au sein de l'Union européenne, des dépenses en recherches et développement, ressort-il des chiffres publiés vendredi par Eurostat, l'Office statistique européen. En Belgique, 10,52 milliards ont été dépensés l'an passé (2,49% du PIB) alors que seuls 5,93 milliards avaient été consacrés à la R&D en 2006 (1,81% du PIB).

Avec cette croissance de 0,68 point de pour-cent, la Belgique se classe à la 2e place européenne en terme de rythme de croissance, derrière l'Autriche (+0,73 point de pour-cent à 3,09% du PIB).

En 2016, les intensités de R&D les plus élevées ont été enregistrées en Suède (3,25%) ainsi qu'en Autriche (3,09%), chacune affichant des dépenses de R&D supérieures à 3% du PIB. Suivaient de près l' Allemagne (2,94%), le Danemark (2,87%) et la Finlande (2,75%).

À l'extrême opposé, l'intensité de R&D était inférieure à 1% du PIB dans dix États membres, dont la Lettonie (0,44%), la Roumanie(0,48%) et Chypre (0,50%).

La moyenne européenne, elle, s'élève à 2,03% du PIB.