Conjoncture

Le principal responsable économique chinois, Liu He, s'est entretenu au téléphone avec le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et "a accepté de continuer à communiquer" sur les questions commerciales, a annoncé samedi l'agence chinoise Xinhua.

L'entretien téléphonique révélé par Xinhua (Chine nouvelle), l'agence de presse officielle, intervient alors que les tensions sont élevées entre Pékin et Washington, après que le président américain Donald Trump a autorisé l'imposition de taxes sur des importations chinoises d'une valeur pouvant atteindre 60 milliards de dollars.

Ces taxes à venir ciblent des secteurs dans lesquels Washington accuse la Chine d'avoir procédé à des vols de technologies américaines.

Liu He est un responsable du Parti communiste chinois formé à l'université de Harvard, aux Etats-Unis, et qui a été promu lundi au rang de vice-Premier ministre. Il devrait désormais superviser les secteurs financiers et économiques de la Chine.

Lors de l'entretien téléphonique de samedi, il a accusé une enquête mené par les Etats-Unis de violer les règles du commerce international et a déclaré à M. Mnuchin que Pékin était prêt à se défendre, a rapporté Xinhua.

En août, Washington a lancé officiellement une enquête sur les pratiques de la Chine dans le domaine de la propriété intellectuelle et sur le transfert forcé de technologies américaines.

L'enquête a été déclenchée en vertu de l'article 301 de la loi américaine sur le commerce, qui porte sur les questions de propriété intellectuelle.

"La Chine est prête à défendre ses intérêts nationaux et espère que les deux parties resteront rationnelles et travailleront ensemble pour sauvegarder la stabilité générale des relations économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis", a déclaré M. Liu selon l'agence.

La Chine a averti vendredi Washington qu'elle n'avait "pas peur d'une guerre commerciale" et a menacé d'imposer des taxes sur des importations américaines d'une valeur de 3 milliards de dollars en représailles aux mesures annoncées par M. Trump.

Elle a dévoilé une liste de produits, des fruits frais à la viande de porc, qui pourraient être frappés de taxes allant jusqu'à 25%. Mais elle s'est toutefois dite prête à négocier un accord.