Conjoncture

Les autorités chinoises ont mis début août un sérieux frein aux investissements des entreprises chinoises à l’étranger. En cause, l’accumulation d’emprunts risqués destinés à ces investissements. Un défaut de la part d’un emprunteur de poids pourrait en effet mettre en danger une partie du secteur financier chinois. Les autorités chinoises qui prônaient pourtant jusqu’à présent une politique d’expansion à l’échelle mondiale, prennent désormais ce risque très au sérieux, tout comme le FMI qui a lancé une mise en garde la semaine passée.

Fuite de capitaux

La célérité des autorités à mettre en place des mesures restrictives est également justifiée par la nature des investissements. Les montants investis par des entreprises chinoises à l’étranger est aussi pour les fortunes locales une manière de sortir de l’argent du pays pour en disposer aisément tout en le mettant à l’abri du risque d’une secousse économique en Chine. Difficile de faire rentrer au pays, le cas échéant, des immeubles de bureau…

Nouveau cadre restrictif

De nouvelles règles ont donc été mises en place au début de ce mois. Elles concernent donc, explique-t-on dans la version anglaise du "ShanghaiDaily", les entreprises d’Etat ou mixtes (SOE ou State-owned Enterprises).