Conjoncture

La Grèce a réalisé "99% des actions prioritaires" définies par ses créanciers comme conditions pour débloquer une nouvelle tranche d'aide financière qui lui permettra d'honorer ses remboursements, a indiqué lundi après-midi le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Pierre Moscovici, qui a salué "les progrès très substantiels" accomplis par Athènes. 

"Des progrès très substantiels ont été faits, 99% des actions prioritaires ont été adoptées", a souligné Pierre Moscovici à son arrivée à l'Eurogroupe, la réunion des ministres des Finances de la zone euro. "Nous pouvons donner le signal que, dans les 6 mois, la Grèce pourra conclure positivement ce programme, (afin) que nous puissions passer à une nouvelle époque, celle d'une Grèce qui connaît la prospérité, en pleine souveraineté."

L'adoption des dernières actions ne dépend d'ailleurs pas du gouvernement grec, indiquait lundi un diplomate européen. On attend notamment la signature d'un décret présidentiel. Malgré ces bons résultats et le ton résolument positif à l'entrée de l'Eurogroupe, les ministres de la zone euro ne devraient pas encore décider de débloquer une nouvelle tranche d'aide financière. La commission budgétaire du Parlement allemand doit en effet encore examiner, mercredi, les propositions faites.

Le report de la décision ne devrait cependant pas avoir de conséquences négatives pour la Grèce, qui a encore suffisamment de réserves pour payer ses remboursements, a précisé le diplomate.