Conjoncture

Le prix du blé européen s'envolait de nouveau mardi en milieu de journée à des niveaux jamais atteints depuis 2013, le marché européen Euronext intégrant difficilement le déficit de production à prévoir dans les huit principaux pays exportateurs de blé mondiaux. Peu après 13h30 lundi, la tonne de blé gagnait 4,25 euros à 219 euros, sur le contrat de septembre, et 3,50 euros sur le contrat de décembre qui cote à 218,25 euros, pour 29.627 lots échangés.

"Le marché change vraiment de dimension, le blé touche des niveaux où il n'était pas arrivé depuis le printemps 2013", explique Sébastien Poncelet, spécialiste des blés et grains chez Agritel.

Selon ODA, le marché est encouragé par les inquiétudes qui se font jour sur les capacités d'exportation des pays européens et de ceux des pays de la mer Noire au fur et à mesure des publications des prévisions de récolte par les différents gouvernements.


Manque d'eau 

Au total, Agritel estime ainsi que l'Union européenne produira 15 millions de tonnes de blé en moins cette année, et le bloc Russie-Ukraine-Mer Noire 18 millions de tonnes en moins.

"Le marché est toujours en train de digérer cela, c'est un choc, après cinq ans d'abondance mondiale qui avaient  'endormi' les opérateurs. De plus, la hausse s'auto-alimente entre les vendeurs qui sont incités à faire de la rétention, et les acheteurs qui paniquent et achètent au jour le jour", ajoute M. Poncelet.

Indicateurs de cette tension, les échéances Sept 18 et Dec 18 sur le blé Euronext sont maintenant à parité, souligne ODA. Quand l'échéance la plus rapprochée devient plus chère que la plus éloignée, cela signifie techniquement une panique d'approvisionnement, un manque de marchandises, explique un opérateur.

Sur le maïs aussi l'ambiance est à la hausse. Vers 13h30 (11h30 GMT), la tonne de maïs gagnait 2,25 euros sur l'échéance de novembre à 197,75 euros, et 2,25 euros sur le contrat de janvier à 199,50 euros, pour plus de 250 lots échangés. La situation pour le maïs est plus critique, la plante ayant besoin d'encore plus d'eau que le blé.

© REPORTERS