Conjoncture

Le groupe de tourisme Tui a décidé d'emboîter le pas à son concurrent Thomas Cook et reprendra ses vols à destination de la Tunisie à partir du 31 mars, a-t-il annoncé dans un communiqué jeudi. La semaine dernière, le tour-opérateur Thomas Cook avait fait savoir que des voyages à destination de la Tunisie seraient à nouveau organisés à partir du mois d'avril. Depuis l'attentat sanglant de Sousse, seule la compagnie aérienne Tunisair assurait encore quelques vols vers ce pays depuis la Belgique. Après l'attentat de Sousse commis le 26 juin 2015, le ministère belge des Affaires étrangères avait émis un avis de voyage négatif pour la Tunisie. Les tour-opérateurs avaient alors suspendu tous leurs voyages vers la Tunisie. Mais la semaine dernière, la Belgique a assoupli son avis de voyage pour les villes côtières tunisiennes ainsi que pour Tunis. Dans la foulée, les voyagistes ont décidé de réintégrer la Tunisie comme destination touristique.

"Le secteur du tourisme en Tunisie a fourni des efforts considérables afin de pouvoir accueillir à nouveau des touristes sur ses plages. À ceux-ci s'ajoutent des réductions qui font que les voyages en Tunisie sont jusqu'à 50% meilleur marché qu'auparavant", affirme Tui, chez qui la Tunisie était jusqu'en 2015, la 4e destination la plus populaire après l'Espagne, la Turquie et la Grèce.

Thomas Cook, lui, avait annoncé jeudi dernier reprendre ses vols vers la Tunisie à partir du 8 avril. "Vu le succès de la destination, le premier vol a toutefois été anticipé au 1er avril", a fait savoir le tour-opérateur. Dans un communiqué, il indique en outre que les réservations pour la Tunisie vont bon train. "A peine une semaine après l'annonce, la plupart des vols sont déjà remplis. L'attraction touristique ensoleillée d'Enfidha se trouve déjà dans le top 5 des endroits les plus réservés la semaine passée", souligne-t-il.

En 2015, la Tunisie a été frappée par trois attaques sanglantes de l'organisation djihadiste Etat islamique (musée du Bardo, station balnéaire à Sousse, explosion à bord d'un bus de la sécurité présidentielle à Tunis). Celles-ci avaient fait un total de 72 victimes, dont deux ressortissantes belges. Tous les voyages non-essentiels vers ce pays du Maghreb avaient alors été déconseillés par les Affaires étrangères.