Conjoncture

Le groupe Ardo vit depuis plus de 50 ans de la conservation de légumes, notamment en surgelés. C’est toujours un secteur d’avenir ?

Oui mais il a connu aussi son évolution. Nous sommes installés dans une région qui a toujours été active dans la production de légumes. Au début elle s’adressait au marché du frais mais dans les années soixante, la Belgique disposait de quelques conserveries florissantes. C’est vrai pour ma région mais c’est vrai aussi pour la Wallonie.

Et votre entreprise a suivi cette évolution ?

Au départ nous avions une ferme familiale mais mon père a décidé de suivre la tendance et d’alimenter la filière de conserverie en organisant la fourniture de légumes prétraités à l’industrie. A l’époque, la Belgique avait atteint une position de leader en Europe. Une entreprise comme Marie-Thumas comptait cinq usines en Belgique…